En dépit d’une réunion d’urgence organisée la semaine dernière, aucune solution n’a pu être dégagée dans le conflit opposant les taximen et les hôtels. La Federation of Hotel Taxis Association a donc maintenu son mot de grève pour le 3 août. Celle-ci sera également marquée par une opération escargot dans la capitale.
Les chauffeurs de taxi d’hôtels sont très remontés depuis la dernière réponse parlementaire du ministre du Tourisme, Anil Gayan, sur leur situation. Celui-ci, qui avait confirmé que les touristes réservaient de plus en plus leur transport auprès des tour-opérateurs, a demandé aux taximen « d’offrir un service en ligne » également. De même, critiquant le comportement des chauffeurs de taxi qui s’étaient montrés « agressifs » envers des touristes lors de leurs manifestations près des hôtels, il a reproché que certains vendent également des excursions, alors que cela ne figurait pas dans l’accord pour la mise en place d’un Taxi Information Desk.
Pour Yashpal Murrakhan, président de la FHTA : « Le ministre est venu confirmer que les tour-opérateurs offraient également le service de transport, alors que c’est le coeur du problème. Il semble ignorer que les taxis ont obtenu un permis d’opération de la NTA avec pour base d’opérations les hôtels respectifs. En acceptant cette pratique des tour-opérateurs, il fait fi des dispositions de la Road Traffic Act. »
Dans la foulée, il répond aux critiques formulées concernant le service. « Les chauffeurs de taxi sont basés dans les hôtels et attendent les clients sur place. Ils n’ont pas à attendre avec une pancarte. Qui plus est, nous offrons un service d’urgence 24/7. C’est ce genre de service qui a permis à notre secteur touristique de se développer et de se faire un nom dans le monde. »
Concernant l’évolution, Yashpal Murrakhan ajoute que le Taxi Information Desk basé dans les hôtels représente déjà une avancée. « Si le client sait qu’il y a un service de taxi disponible à l’hôtel, pourquoi ira-t-il chercher ailleurs ? », se demande-t-il. Autant de raisons qui ont poussé la FHTA à opter pour une grève le jeudi 3 août. Les taximen se rassembleront au Champ de Mars pour une manifestation pacifique ce jour-là. Auparavant, ils procéderont à une opération escargot en venant des quatre coins de l’île vers la capitale.
De son côté, Atma Shanto, le négociateur, précise qu’une réunion tenue par les autorités la semaine dernière n’a permis de dégager aucune solution. « Les hôteliers ont suggéré aux taximen de travailler avec les tour-opérateurs. Ce qui veut dire qu’il faudra faire une croix sur la décision du Conseil des ministres d’aménager un Taxi Information Desk dans les hôtels. De même, cela voudra dire que les taximen travailleront pour les tour-opérateurs. À quel prix ? Pour nous, cette proposition est inacceptable. »
Revenant lui aussi sur la réponse parlementaire d’Anil Gayan, Atma Shanto dit avoir relevé que le ministre laisse comprendre que l’avenir des taxis d’hôtels est menacé. « Cela veut dire que l’emploi de 1 400 taximen est en jeu et que 1 400 familles souffriront de la perte d’emploi. Il est dommage qu’il n’ait rien prévu pour remédier à cette situation. »
La FHTA procède également en ce moment à une campagne d’affiche pour sensibiliser l’opinion publique sur la question. Atma Shanto dit avoir également apprécié que le leader du MMM, Paul Bérenger, ait évoqué la situation des taximen lors de sa dernière conférence de presse. Il rappelle également au leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, qu’en tant que ministre du Tourisme, il avait lui-même présidé le comité interministériel qui avait suggéré la mise sur pied d’un Taxi Information Desk au Conseil des ministres.