Le syndicaliste Atma Shanto soutient qu’une « action musclée est envisagée si les autorités ne prennent pas au sérieux les revendications des membres de la Federation of Hotels and Taxi Associations », dont il est le porte-parole Une action régionale ou au niveau national ». C’était lors d’une conférence de presse, hier matin, par la FHTA.
Le syndicaliste envisage de mener campagne contre le gouvernement dans la circonscription N° 18, si jamais il y a un candidat de l’alliance Lepep. « Selon bann rumeurs, si l’alliance Lepep donn so soutien à candidat MMM, zot bizin assum bann conséquence zot oussi », prévient-il.
Le président de la FHTA, Yash Murrakhun, demande au gouvernement de mettre en pratique toutes les décisions prises lors d’une réunion en août dernier pour régulariser la situation dans ce secteur : « Le GM doit mettre frein aux opérateurs de taxi qui opèrent illégalement et des tour-opérateurs qui font fi des règlements et qui échappent au contrôle de la National Transport Authority ». L’association demande au CP et à la NTA de prendre leurs responsabilités et au ministère du Tourisme de prendre en considération les diverses propositions qui ont été faites par les taximen. Parmi, la mise en place d’une structure où siégeraient des représentants de l’AHRIM, du ministère du Tourisme et des représentants de la FHTA. Deuxième proposition, poster un représentant de la Tourism Authority dans chaque hôtel pour vaincre la résistance de certains membres de l’AHRIM et des tour-opérateurs. Il a rappelé que la Cour suprême a émis une injonction en faveur de l’Association of Inbound operators. « Gouvernement pe zwe delaying tactics. Ti bien kapav demande enn early trial pou kone enn fois », a insisté Yash Murrakhun. Il suggère au ministère du Tourisme d’aller au plus vite avec un système de « Online-Booking » pour plus de visibilité pour les taximen qui opèrent dans les hôtels et un « Taxi Desk ».
Yash Murrakhun demande aux autorités une « special derogation » pour que l’achat d’une nouvelle voiture pour les chauffeurs de taxi soit étendue jusqu’à treize ans, soit trois ans de plus. « Gouvernement pe tolère certains dimounn opére illégalement et sa situation pe empeche nou travay kuma bizin et enn sofer taxi pa pe capav renouvelé zot loto, ki zot gagne-pain ».
Yash Murrakhun a dénoncé en des termes très sévères l’accès qui est réservé aux « Executive Cars » dans les hôtels. « Ces conducteurs n’ont pas droit de faire des courses contre paiement. Mais ils le font, car les autorités tolèrent une telle pratique. Il y a trop d’ingérence politique ».
Atma Shanto a aussi fait état de la « frustration généralisée » qui gagne le pays due à une mauvaise gestion de la situation. « Ena beaucoup dimounn pe affecté par sa situation chaotique. Lotorite kontinie fer la sourde oreille ».
Il demande au ministre Nando Bodha et au commissaire de police d’assumer leurs responsabilités contre les opérateurs illégaux dans ce secteur.