La Federation of Hotels Taxi Associations (FHTA), qui réunit environ 2 000 membres, a soumis un mémorandum d’une dizaine de points au ministère des Infrastructures publiques et du Transport. Elle compte tenir une nouvelle conférence de presse demain pour commenter la situation économique des chauffeurs de taxi.
La Federation of Hotels Taxi Associations a adressé un mémorandum contenant ses contre-propositions et commentaires relativement à ce qui avait été discuté après une première rencontre avec les membres du comité interministériel, présidé par le DPM et ministre du Tourisme Xavier-Luc Duval. Ce comité interministériel avait été institué au lendemain de la manifestation des taximen en août dernier, quand quelque 200 chauffeurs de taxi d’hôtels s’étaient massés devant le bâtiment d’Air Mauritius. Une pétition avait été remise au ministère des Infrastructures publiques le même jour, dans laquelle les doléances des chauffeurs de taxi d’hôtels étaient transmises. Un autre rassemblement des taximen a également eu lieu le mois dernier à Rose-Hill.
Le comité interministériel institué est chargé de soumettre ses recommandations en vue de répondre aux doléances des taximen d’hôtels. Il est composé des ministres de la Fonction publique, Alain Wong, du Transport, Nando Bodha, de l’Economic Empowerment, Prithvirajsing Roopun, du Commerce, Ashit Gungah, et du Travail, Soodesh Callichurn.
Parmi les propositions formulées dans ce mémorandum, les chauffeurs de taxi indiquent qu’ils sont en faveur du ratio de 1 h 10 dans les hôtels, à condition qu’il n’y ait pas d’annulation de permis. Lors de cette réunion du comité interministériel, la question de mettre en place un code de conduite pour les chauffeurs de taxi a été abordée. La fédération se dit prête à coopérer sur le sujet. Elle souhaite aussi travailler en collaboration avec l’Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’île Maurice (AHRIM) et les tour-opérateurs, à condition que les services des taximen soient retenus au lieu de ceux des «opérateurs illégaux». La fédération accueille par ailleurs la décision du ministère de cesser d’émettre des permis pour les contract cars et de mettre en place un taxi desk dans chaque hôtel. La fédération attend les propositions concernant le paiement des commissions des magasins aux taximen.
La Fédération, qui a à plusieurs reprises formulé des critiques envers la National Transport Authority (NTA), demande par ailleurs qu’un de ses membres soit représenté au conseil d’administration de la NTA. « In name of transparency and meritocracy a representative of the federation be nominated to put an end to this perception that the board is reserved for political agents », écrivent les dirigeants de la fédération dans ce document.