Le Teachers’ Day sera célébré mercredi. À cette occasion, l’Union of Private Secondary Education Employees met l’accent sur « les disparités qui existent parmi les enseignants ». Le président de ce syndicat déplore que « certains bénéficient de traitements préférentiels aux dépens des autres ». Yahya Paraouty reconnaît toutefois leur contribution, depuis des années, dans le développement de la société.
L’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE), qui célèbre cette année ses 35 ans d’existence, est d’avis qu’il existe toujours des disparités entre enseignants. Ces derniers, explique son président, joue pourtant un rôle clé dans la promotion de la connaissance et la formation des jeunes Mauriciens. « D’où l’importance que ce métier soit reconnu à sa juste valeur », dit Yahya Paraouty.
« Durant ces 35 dernières années, l’UPSEE a beaucoup travaillé pour le respect des droits des enseignants », indique M. Paraouty, citant en exemple le droit au leave without pay pour pouvoir suivre des cours. « Nous avons aussi milité pour l’extension du pension scheme de ceux travaillant dans les collèges privés. »
Déplorant cependant « l’existence de disparités entre enseignants », l’UPSEE réitère dans le cadre du Teachers’ Day son appel au ministère de l’Éducation pour revoir ses demandes concernant une catégorie d’enseignants « victimes de discrimination ». Yahya Paraouty parle ainsi « des enseignants de collèges d’Etat titulaires d’un School Certificate, Teacher’s Certificate et Teacher’s Diploma, qui ont droit au duty free et au car allowance alors que ceux du privé n’ont pas ce genre de bénéfices ».  
Par ailleurs, soutient le président de ce syndicat, « ceux qui ont le SC et ont passé l’examen d’ORSEC ont droit à deux increments alors que les détenteurs du HSC n’ont rien ! » « C’est une injustice envers ceux qui ont le HSC. Depuis un an, nous menons une lutte pour que le ministère reconnaisse les droits de ces enseignants. Il est important de traiter tout le monde sur un pied d’égalité. »
L’UPSEE s’élève aussi contre la manière de procéder de certains collèges privés, où « des managers sont en train d’abuser de leur pouvoir pour licencier et maltraiter le personnel ». Le syndicat compte organiser prochainement une manifestation devant ses établissements.
Pour le Teachers’ Day, l’UPSEE en appelle à l’unité de enseignants. « Nous devons être unis afin de pouvoir relever les défis de ce métier », souligne Yahya Paraouty. Le syndicat devrait tenir mercredi un forum débat au siège de la FTU.
L’UPSEE avait proposé en 2010 dans le cadre du Teachers’ Day une série d’activités au Caudan Waterfront à une trentaine d’enfants autrement capables de l’ONG U-Link. M. Paraouty demande une fois de plus au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires afin de permettre à ces enfants d’intégrer pleinement le système éducatif.  « Le gouvernement doit poursuivre ses efforts pour venir en aide aux enfants qui sont différents. Nous accueillons d’ailleurs la décision de créer cinq nouveaux centres de lecture publique et d’animation pour encourager l’enseignement », affirme le président de l’UPSEE.