Le nouvel opérateur Bharat Telecom, qui proposera bientôt un service internet aux Mauriciens à un prix très attractif, disposera d’un réseau passif : il utilisera la lumière au lieu de l’électricité pour transporter les données d’un point à l’autre. « L’électricité allume la lumière dans le câble à fibre optique qui fait ensuite le reste du travail », explique son directeur Baljinder Sharma.
Bharat Telecom ne veut pas devenir un grand consommateur d’électricité alors qu’on parle du problème d’approvisionnement en pétrole et de l’énergie verte dans le monde. « D’ici 2015, tout le réseau de la compagnie devrait utiliser uniquement l’énergie solaire », soutient son directeur Baljinder Sharma. Implantée en août 2010, cette compagnie mauricienne veut apporter sa contribution dans le projet Maurice île Durable (MID).
Le nouveau fournisseur d’Internet souhaite aussi opérer avec une main-d’oeuvre locale. Bharat Telecom ne souhaite pas avoir recours aux travailleurs indiens ou autres, sauf si le besoin se fait sentir. « Il est possible pour nous de connecter tout le pays en l’espace d’une année mais encore faut-il que nos contracteurs aillent assez vite. Faute de main-d’oeuvre les travaux ralentissent », affirme Baljinder Sharma.
Bharat Telecom recrutera dans tout le pays des personnes qui assureront son service d’abonnés. La compagnie disposera de plusieurs équipes d’intervention dans différentes parties de Maurice, au lieu d’une seule à Ébène, pour remettre en marche le service en cas de panne. « Cela améliorera considérablement la rapidité d’intervention et nous permettra aussi d’économiser par exemple sur les coûts de l’essence. Nous embaucherons incessamment des gens pour les former au service de dépannage mais aussi à la vente de nos boîtiers. »
L’opérateur promeut ainsi l’entrepreneuriat. Quiconque ayant une certaine connaissance technique en matière de télécommunications pourra postuler. « L’entrepreneur peut également travailler à temps partiel pour nous dépendant du volume de travail qu’ils ont », souligne Baljinder Sharma. L’appel de l’abonné qui signale une faute sera géré par un centre d’appels de Bharat Telecom et sera canalisé vers les techniciens les plus proches qui devront intervenir dans les heures qui suivent.
Bharat Telecom, ajoute son directeur, n’a pas besoin d’un grand nombre d’abonnés dans une région particulière pour démarrer son service : un seul suffit. Le câble à fibre optique de la compagnie placée sur les pylônes du Central Electricity Board (CEB) sera disponible dans toutes les rues des villes et villages où ils ont été installés.
Dès que quelqu’un fait une demande pour le service offert par l’opérateur, il sera immédiatement connecté. Des lignes additionnelles ne sont par ailleurs pas nécessaires. « Techniquement, tout abonné du CEB pourra avoir recours à notre service », explique Baljinder Sharma.
Le directeur de Bharat Telecom rappelle toutefois que la qualité du service ne se détériore qu’« après une distance de plus de 120 km à partir du point de départ ». Donc, poursuit-il, « que vous habitez à 500 mètres de ce point ou à cinq km, la qualité sera la même ». La compagnie annonce des packages internet à 2 Mbps et un bouquet de plusieurs dizaines de chaînes de télévision pour Rs 280 hors taxes. Le service devrait débuter dans environ six semaines.