2012 avait bien commencé pour Anick Ruggoo, alias Sista Jahnika. Elle venait de publier son premier album solo et avait été choisie pour participer au Festival Cri de Femme en France. Le meilleur s’annonçait pour la chanteuse. Mais le décès de son époux dans un accident de la route en juillet dernier l’a anéantie et l’a plongée dans le désespoir. Un an après, marquée dans son coeur et dans son âme, elle émerge lentement et apprend à revivre.
Elle n’y croyait plus. Mais le fait d’avoir eu la force et le courage de reprendre les répétitions de chant la semaine dernière lui a fait du bien. Anick Ruggoo (Sista Jahnika) s’est sentie “comme sur un petit nuage. J’avais le coeur qui battait à cent mille à l’heure”. Un sentiment de bien-être et de bonheur l’a habitée lorsqu’elle a pris le micro.
Cela faisait une année qu’Anick, anéantie par le désespoir et le chagrin, avait mis de côté sa passion pour la musique. Elle a tout abandonné lorsque son mari est décédé dans un accident de la route l’année dernière.