Le père de Veeyaksha Bheenick, une handicapée de 12 ans souffrant d’une infirmité motrice cérébrale depuis sa naissance, ne sait plus à quel saint se vouer. Depuis février dernier, cet homme se bat pour renouveler le coupon de parking strictement réservé aux personnes handicapées. Avec le retard administratif et logistique pour recevoir ce précieux sésame, notre interlocuteur rencontre les pires difficultés lorsqu’il doit véhiculer sa fille, surtout à Port-Louis.
Si c’est un cauchemar de se trouver une place légale pour stationner dans la capitale, ce l’est encore plus quand on véhicule un handicapé. “Mo essay trasé mem, mo ena boukou difikilté. Kan ou tousel, ou kapav mett ou transport kot ou gagné. Me kan ou ena enn zenfant malade lor ou sarze, li pas fasil ditou!”, lâche le père de Veeyaksha Bheenick dans un entretien à Week-End, tout en précisant que sa fille ne peut se déplacer sans son fauteuil roulant. Du coup, il est impossible pour lui d’utiliser les parkings strictement réservés aux personnes handicapées. En principe, ceux souffrant d’un handicap obtiennent ce coupon de parking en vue de faciliter leurs déplacements. Ce document officiel provenant du National Council for the Rehabilitation of Disabled est valide pour une période de six mois, après quoi le titulaire doit s’assurer de son renouvellement. Mais les procédures pour cet exercice seraient très souvent “longues.” Et cette situation, le père de Veeyaksha Bheenick la connaît depuis février dernier, au point du ras-le-bol.
“Le coupon pour ma fille a expiré depuis le mois de février. J’ai déjà engagé des procédures pour le renouvellement mais celles-ci n’ont abouti à rien jusqu’ici. Depuis des mois, je suis dans l’attente. La dernière fois que je suis entré en contact avec des responsables de ce département du ministère de tutelle, ils m’ont fait comprendre qu’il ne manquait qu’une signature afin que je puisse récupérer ce coupon. Mais jusqu’ici, je n’ai toujours rien obtenu”, raconte-il avec une certaine amertume. D’ailleurs, il n’est pas le seul à se plaindre des “longues procédures” à l’obtention de ce coupon essentiel pour faciliter le déplacement d’une personne handicapée.
Tout en essayant tant bien que mal de faire preuve de patience devant cette situation difficile, ce père de famille souhaite voir au plus vite une révision des procédures pour soulager les familles ayant à leur charge une personne handicapée. “À chaque fois qu’il faut renouveler ce coupon, je dois d’abord obtenir une attestation médicale pour prouver la maladie de ma fille et fournir une photo de cette dernière. Il aurait été préférable que ce coupon soit valide pour une période de trois ou quatre ans pour éviter toutes ces démarches et garantir une certaine tranquillité d’esprit”, conclut-il.