Dr Sumayyah Hosany
  • La Dr Hosany : « Partou fini reouver an Sinn. Bann magazin, espas komersial, bann restoran »

« Nou nepli ena problem coronavirus », laisse entendre la doctoresse mauricienne Sumayyah Hosany, qui se trouve en compagnie de son époux, Abdul Zahir Hamad, un médecin pakistanais, à Wenzhou, dans la province chinoise de Zhejiang. La jeune professionnelle se réjouit que « le pire est derrière nous » après avoir été témoin du pic de l’épidémie du Covid-19 en Chine et assisté plusieurs malades durant ces deux derniers mois. « Lockdown pe anlev lift partou exsepte dan Wuhan. Pour le moment, on a peu de cas par jour. Finn tir obligasion met mask dan bann landrwa kot ti oblize mete », laisse-t-elle entendre au Mauricien.

Sumayyah Hosany, se confiant à Le-Mauricien avant la détection des trois premiers cas d’hier, se dit fière de Maurice qui, pour l’heure, ne compte pas de cas de coronavirus. Selon elle, les autorités mauriciennes « finn azir pli vit ki Lerop » face à cette pandémie, ayant pris les mesures qu’il fallait au moment approprié.

« Bizin salie ki Moris finn ferm so bann frontier malgre ki pena okenn ka. Edan sa kote la bizin dir ki Moris inn fer seki Lerop inn tarde pou fer », dit-elle. Mais selon elle, les internautes mauriciens font circuler trop de rumeurs et de “fake news” qui n’aident pas dans la conjoncture. Pour elle, tant que les mesures préventives seront respectées, il n’y a aucune raison d’avoir peur.

« Ou pena mask ou res dan ou lakaz. Quarantine is the key. Se pa gouvernman ki bizin gard ou an sekirite dan bann sitiasion parey, me se ou mem. Okenn gouvernman pa pou ena nomb lili pou akeyir sak malad. Tou pei ena shortcomings dan so personel medikal ou infrastriktir. Me li responsabilite sak dimounn ek saf fami pou protez zot pros » affirme la Dr Hosany. Et d’ajouter que la Chine s’est remise grâce au “lockdown” de sa population. « Depi ki finn ferm zot tou andan, lerla ki dimounn finn aret malad e bann ka finn komans bese. La Sinn pa finn fer tou seki bizin », poursuit-elle.

Elle explique que le « human factor » est la plus grande force pour combattre la pandémie et que l’espoir ne se résume en termes de nombre de masques disponibles sur le marché. La Dr Hosany dit que la Chine se remet petit à petit de ce qu’elle vient de traverser. Les écoles et les universités reprennent la semaine prochaine, prévoit-elle.

« Partou fini reouver. Bann magazin, espas komersial, bann restoran. Me pou le moman pa pe permet bann lafoul. Ek bann otorite sinwa ankor pe observ si gagn ankor bann nouvo ka pou kone kot sa li pe sorti » avance la Dr Hosany. Elle explique que toutes les frontières des provinces sont rouvertes et qu’il n’y a plus de quarantaine pour la population. « Tou bann sekter activite pe repran. Bann servis piblik, bann biznessmen eksepte ban profeser ek zelev », relate-t-elle.

Elle affirme que les prix des masques tombent aussi car la Chine n’en a plus besoin. « Mask ti vinn bien ser. Aster pri finn vinn la mwatie », déclare la doctoresse. Elle explique que les Chinois sont en train de rentrer massivement à Pékin car ils ne se sentent pas « safe » dans les autres pays. Ce qui a poussé les autorités chinoises à rendre payant le service de quarantaine. « Pe refiz teste zot dan lezot pei, be ena ape retourne. Karantenn finn vinn payan pe import kot ou pe sorti. Parski sa test-kit la li ser », raconte la jeune Mauricienne.

Commentant la propagation du Covid-19 en Europe, elle affirme que celle-ci doit suivre à la lettre les protocoles mis en place par l’OMS, comme la Chine l’a fait. Elle est d’avis que l’Europe a pris du temps pour prendre certaines décisions car les enjeux politiques et économiques sont différents. « Si tou pei fer kouma la Sinn, be an de mwa e demi bizin kapav fini ek sa koronavirus-la », laisse-t-elle entendre.

Pour elle, ce combat est « plus humain que médical » car pour l’heure il n’y a pas eu de vaccin efficient. « Peut-être qu’on n’a pas pris la situation en main rapidement assez tôt en Europe. Sak pei ena so bann implikasion dan pran bann desizion drastik koumsa » soutient-elle. Elle se dit surprise contre les ravitaillements forcés qui se font en Europe et même à Maurice.

« Si ou pa protez ou kouma bizin, be kisanla pou manz sa manze la ? » se demande-t-elle. Sumayyah Hosany et son époux Abdul Zahir Hamad ont été dernièrement cités comme des références pour avoir assisté les patients chinois durant la crise du Covid-19, notamment le vice-ministre des Affaires étrangères. Elle confie également que son mari et elle bénéficient de certains privilèges depuis quelque temps pour avoir été braves dans cette période difficile. Sumayyah Hosany dit espérer que Maurice reste à l’abri du Covid-19 aussi longtemps que possible.