Axel Ruhomaully a découvert le travail d’Abaim pour la préservation d’autres aspects du patrimoine mauricien : le sega tipik, les instruments traditionnels, le kreol, les jeux d’antan… Peu habitué à parler le créole, le Mauricien d’origine belge s’est prêté au jeu et a découvert un groupe qui lui a procuré beaucoup d’émotions et de matières à réflexion. Une session de la capsule temporelle de Moris Dime sera consacrée aux enfants d’Abaim.