On Borrowed Time ou Le temps suspendu est un livre de photographies de Jano Couacaud (qui a signé auparavant Bor lamer). Le photographe consacre un ouvrage aux maisons coloniales du pays, d’architecture créole ou tropicale. Nombre de ces logis en bois subissent les affres du temps : certains ont disparu, d’autres disparaîtront et quelques-uns sont préservés. Même si le temps semble avoir toujours raison, les clichés de Couacaud freinent sa marche sensiblement. Comme un devoir de mémoire pour la postérité, pour les générations de Mauriciens qui ne connaîtront que la dureté du béton et sans doute jamais la douceur de vivre des lakaz dibwa.
Le photographe appréhende l’écoulement du temps avec philosophie : “Un jour ou l’autre, il va falloir rendre ce qu’on a emprunté au temps.” Cet ouvrage est un document historique richement illustré (200 photos). Le temps suspendu ravive des souvenirs et met en lumière des émotions chez celui qui a connu le craquement des planchers rougis à la cire, le chant lancinant des averses sur le comble revêtu de bardeaux. Ou encore les varangues vitrées en jardins d’hiver et les ouvertures à volets barrées de lourdes barres de fer.
Ces structures créoles ont été repérées lors de périples effectués par Jano Couacaud, à la recherche d’un autre temps. Il a parcouru les rues de Port-Louis à bicyclette avant de promener son regard sur des maisons toujours existantes, tombées en décrépitude ou rasées depuis. Un repérage qu’il a également entrepris à Curepipe, à Rose-Hill et en région rurale (Rivière des Anguilles, Mahébourg…) afin d’immortaliser un patrimoine culturel et architectural qui tend à péricliter. Des images pour se rappeler. Un temps suspendu aux souvenirs…