Emmanuelle de Beer a bouclé son deuxième tournoi au Brésil sur abandon en quarts de finale (2e tour) du double dames de la Copa Santa Catarina vendredi dernier à Itajai. Gênée par une douleur persistante au dos, elle a dû déclaré forfait « sur avis de son kiné, qui la suit depuis mai », date à laquelle elle s’est blessée au dos, indique son père, Philippe de Beer.
Déjà diminuée la veille par cette douleur lorsqu’elle concéda la défaite 6-3, 5-7, 4-6 au 2e tour du simple dames face à l’Argentine Ornella Caravani, la Mauricienne, qui était classée n°8 en simple et qui composait avec la Brésilienne Thaisa Grana Pedretti la paire n°1 en double dames, a finalement abdiqué, faisant part de sa décision à sa partenaire une heure avant le match qui devait les opposer à la paire composée d’Isabelle Calves (Bré) et Médina Sahinagic (Sui). « Emmanuelle et la Brésilienne Pedretti s’entendaient très bien sur le court. Elles visaient le sacre en double. Emmanuelle avait d’abord décidé de jouer malgré ses douleurs, prête à servir “à la cuillère” pour ce match qui s’annonçait bien malgré tout », ajoute Philippe de Beer.
Cette tournée brésilienne n’est pas loin de se terminer pour Emmanuelle de Beer. Elle compte enchaîner, du 13 au 19 courant son troisième tournoi, la Copa Guga Kuerten (grade 4) à Florianopolis. Elle devrait être déjà sur place puisque le tournoi débute aujourd’hui, toujours sur terre battue, comme pour les deux prédécents.
« Elle s’est rendue à Florianopolis le plus tôt possible pour suivre un traitement adéquat avec le kiné qui l’attend sur place. Elle devrait pouvoir recommencer à taper dans la balle samedi (dernier), en évitant les services ou les smashs. On espère qu’elle sera en mesure de participer à la Copa Guga Kuerten, son dernier tournoi de la série », faisait aussi ressortir Philippe de Beer. « Voilà où on en est. Tout cela n’est pas facile à gérer pour Emmanuelle comme pour nous et toute l’équipe. Comme le dit le dicton, one day at a time ».
Classé 524e jr ITF à ce jour, Emmanuelle de Beer figure pour l’heure à la 8e place sur la liste des 34 joueuses qui ont été acceptées au tournoi.