La Mauricienne Amélie Boy a tenu le coup. Elle est la seule des quatre rescapés du premier tour à avoir pu assurer sa place en quarts de finale du simple dames de la première manche du circuit ITF U18 prévus aujourd’hui au centre de tennis de Petit Camp. Hier, elle a envoyé au tapis l’Israélienne Sean Lodzki en revenant de l’arrière pour l’emporter avec autorité 0-6, 7-6 (1), 6-0. Elle affronte aujourd’hui la Sud-Africaine Maxine Bateman, classée n°8.
Autant son entrée en matière fut catastrophique dans le premier set qu’elle concéda lourdement, autant sa sortie fut magistrale au bout du 3e set, malgré une interruption d’environ une demi-heure pour cause de pluie survenue au moment même où elle aborda le tie-break du 2e set. Mal partie, la Mauricienne n’a jamais perdu l’espoir. Boy s’accrochera jusqu’au bout. Menée 4-1, elle réduisit l’écart en revenant à 3-4, puis sauva quatre balles de match pour égaliser à 5-5 avant de mener pour la première fois 6-5. Le tournant du match.
Les protestations virulentes lancées par son adversaire sur une balle qui était supposément sortie donnèrent lieu à un temps mort, le temps de faire appel à l’arbitre mauricien Harry Nundloll pour régler le point de discorde. Huée pour ses rouspétances par les joueurs qui assistaient au match, Sean Lodzki ne marquera pas de s’en prendre aussi à l’arbitre lui reprochant de ne pas être impartial. Elle refusa même pendant quelques secondes de reprendre le match… En fait, elle sentait que la victoire lui filerait entre les doigts. Déjà, la veille, elle s’était fait remarquer de la même façon contre la tête de série n°4, la Sud-Africaine Huibre-Mare Botes, qu’elle élimina 6-1, 6-1.
Bref, après l’interruption, Amélie Boy confirma son retour dans le match en enlevant le tie-break 7-1. La grosse alerte qu’elle avait subie était passée. Le troisième set ne fut qu’une simple formalité. « Au début, je ne sentais pas la balle. Je ne faisais que la repousser… À 5-5, tout a changé. Elle m’a mise sur les nerfs certes, mais je n’ai pas craqué. En fait, je joue mieux lorsque je suis sous pression. C’est elle finalement qui a cédé sous la pression », confiait assez fièrement Amélie Boy, âgée de 15 ans tout comme son adversaire. Que retenir d’autre de ce match ? « Même quand on perd, on peut toujours remonter pour s’imposer », affirme-t-elle.
Aujourd’hui, son duel contre la Sud-Africaine Maxine Bateman risque d’être un autre choc pour entrer dans le dernier carré. Mais à coeur vaillant rien n’est impossible.
Dans les trois autres matches qui virent les Mauriciens en action hier, Shannnon Wong a concédé une défaite assez attendue 1-6, 1-6 contre la Sud-Africaine Katie Poluta, gauchère et grande favorite au titre. « C’était assez serré à 40-40 dans chaque jeu, et c’est là que je fais la faute. Je n’ai pas été consistante. Il me reste toujours le double et surtout la seconde étape », dira la Mauricienne.
Éliminée par Bateman, Zara Lennon concède avoir commis trop de fautes directes. Elle attend elle aussi la seconde étape pour se ressaisir. « Je pense que j’aurais pu faire mieux. Aujourd’hui (hier), elle a mieux joué. Ce sera peut-être mon tour la prochaine fois », déclare-t-elle. Quant à Hemanshu Rambojun, il s’est lourdement incliné 1-6, 1-6 face à Tadiwa Chinamo (Zimb).
Aujourd’hui sont prévues la suite des matches du 2e tour du simple hommes et ceux des doubles hommes et dames qui avaient été suspendus hier à cause de la pluie.