Photo illustration

La Réunion se joint elle aussi au concert de protestations entourant la présence d’expatriés dans les rangs malgaches. Et cela pourrait définitivement changer la donne. Pour la petite histoire, Madagascar a fait appel à deux pongistes, Vony-Ange Randriantosa et Hanitra Raharimanana. Seul hic : les deux ont défendu les couleurs de la France lors de sorties internationales.

Ce qui avait forcé le DTN Cédric Rouleau à dire que les chances de médaille mauriciennes seraient quasiment nulles. Mais ce nouveau développement apporte une lueur d’espoir pour les deux sélections mauriciennes. « Les choses pourraient être moins compliquées », annonce Cédric Rouleau. En effet, l’une des deux avait battu Sarah Hanffou, ancienne championne d’Afrique, en championnat de France. Donc, la donne changerait du tout au tout au cas où les protestations aboutissent. La protestation du camp réunionnais concerne donc l’éligibilité des pongistes, alors que les instances internationales ont nommé l’Algérien Saïd Lanasri juge-arbitre du tournoi. « Ce sera le premier débat qu’il aura à trancher », dit encore le technicien.

La protestation ne s’arrête pas aux Malgaches, puisque nous apprenons qu’elle pourrait toucher Kilomo Vitta, enregistré auprès de l’ITTF sous drapeau belge, mais qui devrait défendre les couleurs mahoraises aux JIOI. Ainsi, devant cette nouvelle, l’heure est désormais venue de se recentrer. La venue des sparring-partners et autres servira finalement à quelque chose. « On veut vraiment mettre toutes les chances de notre côté. » L’objectif premier sera la conquête du tournoi par équipes, où Maurice détient depuis 2015 le doublé. « Ce sera le tournoi le plus important pour nous. Il nous faut mettre le paquet. » Le tournoi de demain à Beau-Bassin devrait livrer des indications quant aux progrès accomplis et à ce qu’il reste à faire.