Jacob Rasolondrazana a eu chaud samedi en finale du simple hommes du Emcar Sports Open disputé à Tennis Nord à Mapou. Il a dû se booster à l’eau sucrée pour vaincre son grand rival Jean-Richard Randriamanantsoa au terme d’un match interrompu durant une demi-heure par la pluie. Au bout du compte, il remporte leur deuxième duel et son quatrième titre de rang cette année (6-3, 6-4). Chez les dames, Astrid Tixier a plié la finale 6-2, 6-1 face à Sarah Introcaso, alignant son 5e titre de l’année.
Il n’y a pas eu surprise dans la nouvelle finale du simple dames, troisième confrontation consécutive Tixier/Introcaso après le Yop Open et le Mauritius Union Group Open. Tixier l’avait emporté 6-2, 6-4 puis 6-2, 6-0 la dernière fois et le score a été sensiblement le même à Mapou…
Par contre, la finale opposant les deux Malgaches a été dans le fond et dans la forme plus accrochée. N’était l’interruption du match survenue alors que Jacob Rasolondrazana venait de débreaker à 4-4 pour mener 5-4 au service dans le second set, ce dernier aurait pu l’avoir concédé et être contraint au set décisif par son adversaire combatif à souhait et parvenant souvent à sauver des balles accrobatiques. Jean Richard Randriamanatsoa était visiblement plus déterminé à infliger une première défaite à son compatiote.
Dans le premier set, les deux hommes conserveront chacun leur service jusqu’au 7e jeu, quand Jacob Rasolondraza obtint le break pour mener 4-3, puis 5-3. Mais il perdit quand même deux fois l’avantage avant de pouvoir convertir pour s’adjuger le set 6-3 et un second break. Dans ce dernier jeu, Jean-Richard Randriamanantsoa parvint par deux fois à égalité et prit même une fois l’avantage.
Le second jeu fut l’inverse du premier. Arrivé au 7e jeu et contre toute attente, c’est Jean-Richard Randriamanantsoa qui fit le break. Il s’offrit deux balles de jeu à 40-15 pour mener 4-3. Mais son adversaire répliqua aussitôt en égalisant à 4-4. Et c’est justement après le débreak que le match a failli basculer.
Après avoir repoussé les assauts adverses et aligné un jeu blanc à 5-4, Jacob Rasolondrazana prit « un coup de mou. » « Réellement, je ne sais pas ce qui a bien pu se passer. Mais j’ai dû boire de l’eau sucrée pour repartir. L’interruption m’a aidé à me relancer, car après le débreak à 4-4, j’ai senti que, physiquement, j’étais limité et je savais qu’à la reprise il fallait en finir le plus vite possible pour éviter un 3e set. Mais finalement, j’étais prêt à boucler le match tout de suite », confie le vainqueur, qui mit 11 minutes pour l’emporter après la reprise.
Jean-Richard ne put que constater à nouveau les dégâts. « J’ai confondu vitesse et précipation. J’étais bien en jambes et physiquement prêt à le battre en sachant qu’il était fatigué. Mais j’ai commis encore quelques erreurs. Si seulement j’arrive à garder mon service… Mais c’est de plus en plus positif que les fois précédentes. J’ai bien apprécié mon match », livrait-t-il un brin décu, mais satisfait et prêt à en découdre la prochaine fois.