La tenniswoman mauricienne Emmanuelle de Beer figure depuis lundi matin au classement mondial professionnel de la Women’s Pro Circuit, anciennement connu comme la Women’s Tennis Association (WTA). C’est un rêve d’enfant qui se réalise pour celle qui se situe désormais 1211e mondiale.
Emmanuelle de Beer a glané ses premiers points à la suite de sa participation aux trois des quatre étapes comptant pour les Mary Pierce Indian Ocean Serie dotées chacune de $ 10 000 (?Rs 350 000) et tenues à Grand Baie La Croisette et à La Réunion. Cette entrée sur le circuit professionnel n’est que la première étape d’une longue route. Son père, Philippe de Beer, en est tout heureux.
« Mon épouse, la famille et moi sommes extrêmement encouragés. C’est le fruit de plus de 10 ans de sacrifices bien sûr de la part d’Emmanuelle, mais aussi de toute la famille. Nous réalisons que c’est le début d’une nouvelle étape et certainement pas un aboutissement. Mais je pense que cela va certainement motiver Emmanuelle à continuer à se donner à fond. Nous voulons vraiment remercier Jonathan Rosnovanu, qui a été à ses côtés pendant de nombreuses années, et surtout Mary Pierce, qui s’est donnée sans retenue depuis 2010 pour amener Emmanuelle là où elle est aujourd’hui. Sans Mary, je ne pense pas qu’Emmanuelle serait là aujourd’hui ».
Emmanuelle de Beer avait fait l’essentiel pour obtenir ses trois premiers points en atteignant les 8es de finale (2e tour) des trois étapes du circuit. Il faut dire que la lutte a toujours été intense face à ses adversaires dont la Tchèque Marie Bouzkova, son adversaire de la 2e étape à Maurice, vainqueur des deux étapes mauriciennes et de celle tenue à La Réunion, ainsi que l’Américaine Jaeda Daniel, finaliste de la 2e étape mauricienne, et la Sud-Africaine Ilze Hattingh, finaliste de la 4e et dernière étape à La Réunion. La première étape s’était tenue du 8 au 14 juin à Madagascar.
À La Possession (Réunion) le 1er juillet, Emmanuelle de Beer, 19 ans en octobre, n’avait pas résisté à la pression alors qu’elle avait été la belle promesse du début du tournoi. Ilze Hattingh, classée tête de série n°5, lui infligea un lourd 6-1, 6-1 en 2e tour, alors que la Réunionnaise Pauline Payet (n°3) surmonta l’étape 6-1, 6-0 contre Camille Corenthy pour confirmer sa sélection au sein de l’équipe féminine des Jeux des îles.
Reste que Mary Pierce ne cache pas sa joie en évoquant l’entrée de sa protégée sur le circuit pro. « Je suis tellement heureuse qu’Emmanuelle ait pu réaliser un de ses objectifs en décrochant un classement pro. D’autant qu’elle l’a fait lors des Mary Pierce Indian Ocean Series, mon circuit de tournois professionnels féminin que je viens tout juste de lancer. Emmanuelle a dû travailler dur, surmonter de multiples blessures et se battre pour être là où elle est aujourd’hui, et pour cela je la félicite. Maintenant est le moment où tout le plaisir commence. Le travail déjà dur devient encore plus dur et la compétition désormais plus difficile que jamais. Je lui souhaite de rester en bonne santé, de continuer à travailler et de se faire plaisir sur les courts. Dans cet esprit, the sky is the limit ! »
Emmanuelle de Beer devient ainsi la 2e joueuse mauricienne après Marinne Giraud à accéder au classement mondial féminin. Elle a renoué récemment avec la compétition après plus de six mois d’absence sur le circuit, cela dû à une blessure aux abdominaux, a-t-on indiqué. La joueuse peaufine actuellement sa préparation en France à travers plusieurs tournois afin de représenter son pays « au mieux de ses capacités ».
Elle vient de remporter son premier tournoi en France à l’Open Adulte US Le Pecq en s’imposant tour à tour contre Diane Flament, classée 3/6, Louise Trigona (1/6), Jeanne Marchi-Mannisier (2/6) et en finale contre la Malgache Océane Razakaboana (1/6). Elle enchaîne cette semaine en région parisienne l’Open Tennis Malagasy à Châtenay-Malabry et rentrera à Maurice en début de semaine prochaine pour rejoindre la sélection mauricienne des prochains Jeux des îles.