C’est l’Afrique du Sud qui a été à l’honneur hier à Petit Camp lors des finales simple hommes et dames de l’ITF U18 Petit Camp (Grade 4). En masculin, le numéro 4, Okkie Kellerman a facilement pris la mesure de l’Anglais Samuel Taylor (6-3, 6-0) alors qu’en féminin, Janet Koch a eu du mal à se défaire de la Singapourienne Rheeya Doshi, l’emportant en trois manches (6-2, 2-6, 6-4). Par ailleurs, Dylan Foo Kune et Julien Min Fa ont fait honneur au quadricolore mauricien en enlevant la finale double hommes.
La finale simple hommes aura été à sens unique. En effet, Okkie Kellerman, tête de série numéro 4, n’a fait qu’une bouchée de Samuel Taylor (2065e). Compte tenu de ce qu’il avait démontré lors des tours précédents, le tennisman anglais avait les moyens de prétendre au titre mais il est passé complètement à côté de sa finale. En demi-finale, il avait infligé un sévère 6-0, 6-2 à la tête de série numéro 3, l’Indien Kashyap Ashok. « Malheureusement, il y a des jours comme ça. Je n’ai pas été en mesure de pratiquer mon meilleur tennis. J’ai commis un grand nombre de fautes directes. Je suis déçu et frustré de ma performance car j’ai joué beaucoup mieux lors des autres rencontres », a-t-il indiqué. Ce dernier a toutefois reconnu la supériorité de son adversaire, qui était au-dessus du lot dans cette partie. « Il a fait preuve de beaucoup de maîtrise. Il a bien géré son match et il a fait la différence au bon moment », a fait ressortir l’Anglais, âgé de 17 ans.
Okkie Kellerman est pour sa part satisfait de sa prestation, lui qui a tout donné. « J’ai donné mon maximum. Je devais être au summum de ma forme car mon adversaire est quelqu’un de très coriace. J’ai remarqué qu’il n’était pas à son meilleur niveau aujourd’hui (hier) et j’en suis navré. Je suis néanmoins content d’avoir été sacré en simple hommes car ce tournoi ITF était d’un niveau très élevé », a déclaré Okkie Kellerman (15 ans). En demi-finale, il était revenu de l’arrière pour disposer de son compatriote Maxime de Clippel en trois sets (4-6, 6-1, 6-4). Du côté féminin, le duel opposant la tête de série numéro 1, Janet Koch à la Singapourienne Rheeya Doshi (no 4), aura tenu toutes ses promesses. La Sud-Africaine avait eu du mal à se défaire de la Française d’origine Malgache Tessah Andrianjafitrimo dans le dernier carré (7-6, 1-6, 6-2) alors que Doshi avait renvoyé à ses leçons la tête de série no 2, la Hongkongaise Ka Man Carina Ma (6-2, 6-0).
La finale simple dames aura duré plus de deux heures. La pluie est venue jouer les troubles-fêtes par intermittence mais cela n’a en aucun cas destabilisé les deux joueuses. Lors du premier set, Koch allait se montrer beaucoup plus entreprenante que Doshi pour facilement remporter le premier set (6-2). La Singapourienne commettait trop de fautes directes, n’étant pas en mesure de contrer les assauts adverses. Trop souvent erratique, Rheeya Doshi a alterné le bon et le moins bon. Lors du deuxième set, elle s’est toutefois bien reprise, infligeant un cinglant 5-0 avant de l’emporter sur le score de 6 jeux à 2. La dernière manche était déterminante. C’est toutefois la Sud-Africaine qui fera la différence en étant beaucoup plus agressive, notamment au filet. Elle allait s’adjuger le set (6-4). Son adversaire n’a toutefois pas démérité, elle qui a fait preuve de beaucoup de ténacité.
« J’ai commis beaucoup d’erreurs lors du premier set. Je n’ai pas été en mesure de faire la différence et je l’ai payé cash. Je me suis repris lors du deuxième set mais j’ai craqué au troisième. Je savais que j’allais me retrouver face à une adversaire redoutable mais j’aurais pu également faire la différence. Je tiens toutefois à féliciter la gagnante qui mérite ce succès », a fait savoir la Singapourienne. Janet Koch a avoué pour sa part avoir eu du fil à retordre et qu’elle s’en est bien sortie. « C’était très dur. Mon adversaire était très forte. Je pense que j’aurais pu faire mieux. Avec le vent et la pluie, je n’ai, à mon grand regret, pas été en mesure de pratiquer mon meilleur tennis. Je suis toutefois très contente et j’espère continuer sur cette lancée. Ce tournoi est excellent avec des joueurs d’un niveau très élevé », a-t-elle souligné. Il est à signaler toutefois que cette finale a été entachée de fautes grossières d’arbitrage.
En finale double hommes vendredi, le duo mauricien composé de Dylan Foo Kune et de Julien Min Fa a été exact au rendez-vous. En effet, ils ont facilement dominé en deux sets les Allemands Sebastian Buehler et Yannick Schmidl, 6-3 et 6-3. Après leur élimination en simple, Foo Kune et Min Fa ont rectifié le tir pour logiquement l’emporter. Il est à noter que les tennismen mauriciens avaient poussé vers la sortie le duo Sud-Africain François et Okkie Kellerman en demi-finale (7-5, 7-6), qui était pourtant donné favori dans cette compétition. Foo Kune et Min Fa se concentreront désormais sur la seconde manche du tournoi dont le premier tour du simple hommes est prévu pour lundi. Dans le double féminin, la Singapourienne Rheeya Doshi et sa partenaire, l’Indienne Aarzoo Malik sont venus à bout de la Sud-Africaine Janet Koch et de la Mauricienne Eugénie Lim Ah Tock en deux sets (6-4, 6-4).
Par ailleurs, trois rencontres comptant pour les tours qualificatifs du Mauritius Open se sont tenues hier à Petit Camp. L’Allemand Sébastian Buehler a battu le Thaïlandais Leo Vitoontien en deux sets, 6-4 et 6-2. Le Polonais Mikolaj Przybylski n’a quant à lui fait qu’une bouchée de l’Indienne Anshul Choubal (6-0, 6-1) tout comme l’Australien Justyn Levin, qui l’a emporté contre le Botswanais Similo Sibanda (6-1, 6-0). D’autres rencontres débuteront aujourd’hui à 9h pour prendre fin dans les alentours de midi.