L’Emcar Sports Tennis Open a connu son dénouement hier à Mapou avec les différentes finales au programme, notamment celles du simple hommes et dames. Passation de pouvoir dans la finale 100% mauricienne avec la victoire de la jeune Amélie Boy, qui a dominé l’expérimentée Astrid Tixier, en deux sets, 6-0 et 6-4. Chez les messieurs, le Malgache Jacob Rasolondrazana a confirmé son statut de favori en s’imposant en trois manches, 3-6, 6-1 et 6-3 face au Roumain Daniel Bazu.
C’est un tournoi qui réussit bien à l’imposant Malgache. Après la victoire en 2013, 2015 et 2016, il a récidivé cette année. Autant dire que Bazu était l’invité surprise de cette finale, ayant dominé tour à tour Tristan Lagesse, 6-1, 6-1, le champion national Anthony Kwok 6-4, 7-6 en quarts de finale, puis le Malgache Jean-Richard Randriamanantsoa 7-6 et 6-2 en demi. Le bouillant roumain, toujours très remuant sur le court, avait pour rappel, réalisé un joli carton au mois de mars sur gazon en s’offrant tour à tour les deux Malgaches, d’abord Jacob Rasolondrazana 6-3, 5-7, 6-3 puis Jean-Richard en finale 6-4, 7-5 au Gymkhana (Vacoas). De son côté, Jacob s’est offert une promenade de santé face à Hemanshu Rambojun, 6-1, 6-0 et Kenny Ah Chuen en demi, 6-2, 6-1.
Pour la finale, qui a débuté à 11 heures, pile-poil, c’est le Roumain qui s’est distingué le premier en breakant son adversaire d’entrée de jeu. Puis, ce fut au tour du puissant malgache de recoller à un partout sur le service de son adversaire. À trois jeux partout, le Roumain prit les choses en main pour bousculer une nouvelle fois son adversaire en prenant son service (4-3) pour la deuxième fois et s’imposer lors du premier set sur le score de 6-3. Bazu avait la main mise sur la partie et tout laissait présager que le Malgache allait y laisser des plumes.
Mais le vainqueur de la précédente édition allait se remettre dans le sens de la marche lors de la deuxième manche pour breaker son adversaire (2-1 puis 4-1) et prendre le large (6-1). « Je ne suis pas bien rentré dans mon match. J’ai mis du temps à bien me régler d’autant que je n’ai pas bien dormi la veille. J’avais beaucoup de mal à produire du jeu et j’ai été piqué dans mon orgueil d’avoir perdu la première manche. J’avais à coeur de me refaire et j’ai commencé à mieux sentir mes coups et une fois que j’ai réussi à imposer mon rythme, il a eu beaucoup de mal », a fait ressortir le gaucher. En effet, Daniel Bazu a eu un gros coup de pompe laissant le soin à Jacob de dicter le jeu.
Lors du set fatidique (3e), les deux joueurs se rendaient coup pour coup, mais le Roumain se fera breaker au moment décisif (5-3) pour laisser filer la victoire à son adversaire. « Cela faisait un mois que je ne me suis pas entraîné correctement me concentrant plus sur mon travail de coaching. Je suis très content de conserver ma couronne d’autant que j’étais plus libéré en fin de partie. Je vais m’accorder un peu de repos avant d’enchaîner avec le prochain tournoi. Je suis un compétiteur dans l’âme et je n’ai qu’une envie, c’est de poursuivre sur ma lancée », a lâché le vainqueur. Le public présent a eu droit à une finale de toute beauté. Jacob Rasolondrazana y est allé de son petit doublé en s’imposant dans la finale double au côté d’Hemanshu Rambojun. Ces derniers ont pris la mesure du Directeur Technique National (DTN) Ludovic Louis et Kenny Ah Chuen (6-2, 6-0). À chaque fois que les deux joueurs ont évolué ensemble, ils n’ont jamais connu la défaite. Un duo gagnant.