Retour sur le double circuit ITF-CAT U12-U14 qui a pris fin dimanche au centre d’entraînement de Petit Camp après dix jours de tournoi. Un circuit qui a été cette année dans l’ensemble plus profitable aux jeunes. Les noms à retenir sont ceux d’Hemanshu Rambojun, Amélie Boy (U14), Sharlyn Chan Tam Neng et Kenny Ah Chuen (U12), qui ont montré le bout du nez en s’adjugeant la palme. Mais pour éviter que ce succès ne leur monte à la tête, le coach Jean-Marc Randriamanalina se montre prudent en disant qu’« ils ont encore plein de choses à prouver, mais la maturité commence à venir. »
Parmi les jeunes qui ont émergé, Hemanshu Rambojun a été le plus convaincant, car doublement sacré dans les deux manches. Toutefois, l’absence d’une véritable opposition dans le tableau U14 garçons, celle d’une bonne équipe sud-africaine notamment, à quelque part fait défaut. À la place, on a vu évoluer des jeunes regroupés au sein d’une sélection scolaire de Johannesburg. À l’exception de Liam Coertzen, classé n°3 national de son pays en U12 et vainqueur logique de la seconde étape du circuit, les autres étaient tous en deçà des attentes.
Cette sélection scolaire était accompagnée de Daniel Modisakeng, school elected coach de Jonahesburg, dont c’était la troisième visite à Maurice après 2007 et 2008. Ce dernier nous avoue que Coertzen est prédestiné à une carrière de haut niveau et qu’« un champion se construit à partir des tournois qui se déroulent sur le circuit ITF-CAT. »
Il ajoute qu’il n’est pas le coach du joueur, mais que c’est plutôt C. Olivier, qui est basé à Bloemfontein. « Techniquement, Coertzen est déjà bien tant au service qu’en terme de jeu de jambes. En rentrant, il devrait débuter sur le circuit international Nike U14, car on souhaite le voir se concentrer plus sur des tournois ITF et plus tard faire partie de l’équipe de Coupe Davis. » Il avait remporté sa finale 6-0, 6-4 contre le Réunionnais Nino Castori.
Mais pour en revenir aux résultats des joueurs mauriciens, Jean-Marc Randriamanalina retient que « ce n’est pas mal, en sachant qu’ils étaient cette fois plus nombreux en demi-finales et finales en simple et double confondus. » Et de trouver en définitif qu’« ils ne sont pas loin des Réunionnais en terme de niveau de jeu », estime-t-il.
« C’est vrai que cela fait un bon moment qu’on le dit, mais c’est maintenant qu’on commence à le voir. Hemanshu a fait un bon tournoi et d’autres jeunes tels Dean Dulthummon, qui a atteint la finale, Amélie Boy et Jason Ah Chuen, même si celui-ci a perdu, ont prouvé qu’ils étaient bien là. »