Battue 1-6, 0-6 par la redoutable Tchèque Marie Bouzkova mercredi dernier lors de la première étape des Mary Pierce Indian Ocean Series, la Mauricienne Emmanuelle de Beer a subi un nouveau revers hier au 2e tour de la deuxième étape du circuit, chutant 1-6, 1-6 en un peu plus d’une heure face à l’Américaine Jaeda Daniel à Ace Tennis Riverland de Grand Baie La Croisette.
Issue des qualifications et finaliste de l’étape malgache qui servait d’ouverture au circuit (8-14 juin), Daniel a fait parler sa puissance et son expérience malgré son jeune âge (16 ans) pour expédier les affaires courantes. Devenue gauchère à l’âge de 8 ans en s’inspirant à l’époque de l’icone du tennis mondial, l’Espagnol Rafaël Nadal, elle est présentée comme l’une des étoiles montantes du tennis américain. Et dans l’entourage de la tenniswoman mauricienne, on concède que personne ne s’attendait à une victoire.
Contrairement à son adversaire, Jaeda Daniel est restée calme et lucide dans ce duel, en cherchant à imposer son jeu de fond de court. Elle fit le break assez tôt pour se détacher 2-1, puis 3-1 en dépit d’être menée 0-40 dans ce 4e jeu. La suite ne fut qu’une simple formalité avant qu’elle ne plie le premier set 6-1 en 40 minutes, sans laisser le moindre point à son adversaire.
Le second set n’en fut pas moins expéditif. L’Américaine mena 4-0 avant que la Mauricienne, dans un sursaut, parvenait à reduire l’écart à 1-4 sur service adverse. Mais remonter un écart de trois jeux pour éventuellement renverser le set et le match semblait de loin impossible, sauf miracle. Daniel aligna les deux jeux suivants et enleva le match 6-1, 6-1. Elle a toutes les chances d’affronter en demi-finales la grande favorite du tableau, la Française Lou Brouleau, classée 377e WTA. Celle-ci avait perdu la finale de la précédente étape dimanche dernier 3-6, 4-6 contre la Tchèque Marie Bouzkova, installée n°2 et 469e WTA.
Interrogée sur la prestation livrée par sa protégée, son coach Mary Pierce trouve qu’« elle avait sa chance à 1-2, puis l’a perdue. À 1-3, elle était découragée et à 1-4, elle a complètement lâché ». « C’est dommage et triste, car physiquement Emmanuelle est à 100 %. Elle avait certainement le niveau de rivaliser avec son adversaire. Mais le mental lui a fait défaut. Il lui manque la maturité et l’expérience. Elle a besoin de jouer plus de matchs et de tournois. Quand ça devient difficile, ou on s’accroche, ou on abdique. C’est difficile d’expliquer cela à un joueur. Moi, j’essaie de l’encourager et l’aider à rehausser son niveau. Après sur le court, c’est une question de choix. C’est elle qui décide », explique la Franco-Américaine titrée en Grand Chelem.
Emmanuelle de Beer devrait s’aligner la semaine prochaine à la quatrième et dernière étape du circuit prévue à La Réunion. Elle fera face aux mêmes adversaires, dont la Malgache Sandra Andriamarosoa — éliminée elle aussi hier au 2e tour, 1-6, 6-7 par Marie Bouzkova — ainsi que la Réunionnaise Pauline Payet. Classée n°5, celle-ci a franchi le 2e tour (8es finale) hier aux dépens de la Sud-Africaine Caitlin Herbs 6-3, 3- 6, 6-0 et sera opposée à Bouzkova en quarts.    
À bientôt un mois des Jeux des îles, le simple dames mauricien n’est pas au mieux, d’autant que, comme l’affirme Mary Pierce, « cela va être très difficile car les Réunionnaises et les Malgaches jouent bien ».