Jacob Rasolondrazana n’a eu besoin que de deux sets 6-3, 6-3 pour enlever son troisième titre de rang de simple hommes cette année face à son adversaire direct, Jean-Richard Randriamanantsoa, samedi en finale du Mauritius Union Group Open disputée au centre de Petit Camp. Il a plié ce match en à peine une heure et demie. Dans le simple dames, Astrid Tixier a survolé elle aussi la finale qui l’opposait à Sarah Introcaso 6-2, 6-0 pour aligner son quatrième titre d’affilée de l’année.
Cette phase finale, à l’exception de certains duels tenus dans les plus jeunes catégories, n’a pas vraiment donné lieu à des résultats inattendus, les deux principaux vainqueurs du simple hommes et simple dames ayant survolé les débats. Plus puissant au service, Jacob Rasolodrazana ne lâcha rien. Il savait que cet avantage pouvait l’aider à faire la différence, bien que son adversaire ferait de son mieux pour le contenir. « Je me sentais confiant et bien sur mes jambes. Je sentais bien mes coups et je savais que j’allais le déborder sur mes services. Dans l’ensemble, je crois que j’ai dominé le jeu et le score. C’est pas mal en attendant le prochain tournoi prévu dans le Nord », confie le n°1 sur le plan national, qui rafle au passage une prime de Rs 5 000. Il a aussi accroché le titre du double hommes en duo avec Dylan Foo Kune.
Jacob Rasolodrazana avait enlevé la saison passée sept titres d’affilée, performance synonyme de sans-faute. Il compte s’aligner dès cette semaine au prochain tournoi, le Emcar Sport Open, qui débute samedi à Tennis Nord à Mapou. Puis, s’il rate l’Azuri Open (Rivière du Rempart), il sera assurément engagé en juillet à la Coupe Davis (zone 3 Afrique) que Madagascar aura l’honneur d’accueillir. Et surtout pour viser la promotion en groupe 2. « Notre équipe sera l’une des deux favorites du groupe avec le Maroc, alors que l’Algérie et le Zimbabwe seront les outsiders. Le vainqueur montera en groupe 2 Euro-Afrique l’année prochaine », fait-il valoir.
Jean-Richard Randriamanalina devra quant à lui repasser, car il prévoit également de s’aligner à Mapou pour essayer de décrocher un premier titre contre son adversaire, s’il arrive une nouvelle fois en finale… Les deux joueurs les mieux classés de l’île s’affrontaient samedi pour la première fois cette année depuis novembre dernier.
« Son service est intenable. C’est ma seule lacune. Physiquement je suis o.k. Si seulement j’arrivais à lui retourner son service, le résultats aurait pu être meilleurs. Mais le vent a été aussi gênant », lance-t-il avec insistance. « Mais je crois que j’ai quand même un peu progressé car je me suis bien préparé cette fois à l’affronter. » Dans le second set, il se fit mener 2-0, puis 2-1, 3-1, 4-1, 4-2, 5-2, 5-3 sur service adverse avant de s’incliner 3-6.
Dans la finale féminine, Astrid Tixier s’est retrouvée opposée à une jeune adversaire visiblement très crispée et incapable de déployer son jeu en abordant leur deuxième finale consécutive après celle du Yop Open le mois dernier sur terre battue. Sarah Introcaso, 13 ans, avouant en effet après leur nouveau face-à-face les fameux mots qu’on entend hélas si souvent quand la tension retombe enfin : « Je sentais que je pouvais faire mieux. » « Je n’arrivais pas à bien placer mes services. Ça n’allait pas du tout. J’étais dans le match, mais sans aucune sensation. Mais c’est vrai qu’elle est plus expérimentée. Je tâcherai de faire mieux la prochaine fois. »
Reste qu’Astrid Tixier s’est contentée d’un petit match sans gros effort pour l’emporter. « Elle a commis beaucoup de doubles fautes et a été moins bonne que la dernière fois. Mais cette nouvelle finale lui a fait du bien. Ça l’a encouragée. Il faut qu’elle continue à progresser. » Astrid Tixier empoche également Rs 5 000 de prime.
Dans les deux autres finale qui étaient à l’affiche samedi, Hemanshu Rambojun (U18), Christopher Fok Kow (U16) et Jason Espitalier-Noël (U14) ont été les meilleurs.