Kamil Patel est sorti de trois années d’oubli pour mettre fin à l’invincibilité de Jean-Richard Randriamanantsoa, samedi lors de la finale du simple hommes de l’Anglo Mauritius Open 2012. Ce verdict réellement inattendu et sanctionné sur le score de 6-4, 6-1 prive le Malgache d’un sixième titre consécutif. Chez les dames, en revanche, la Française Stéphanie Sagaspe a confirmé sa supériorité en l’emportant 6-1, 6-4 contre Astrid Tixier.
La phase finale du simple hommes aura tenu ses promesses, même si le score ne reflète pas vraiment l’intensité du duel. La petite foule présente dans les gradins du Club de Rose-Hill s’est bien régalée. C’était l’épreuve de force pour le Malgache, qui n’avait jamais affronté un tel adversaire depuis qu’il est arrivé à Maurice en avril 2011. Depuis le début de la saison, il avait aligné cinq titres en autant de finale sans n’avoir jamais été poussé dans ses derniers retranchements.
« Il me faut d’autres affrontements comme celui-là pour revenir à mon meilleur niveau. Physiquement, je dominais, mais derrière je n’arrivais pas à contrôler, car je faisais trop de fautes. Mais mon adversaire a bien joué ses volées, qui étaient parfaites au filet… C’est vrai qu’il me prive d’un sixième titre. J’ai eu du mal à entrer dans le match », concédait avec déception le Malgache à la sortie du court.
Ce duel reste de loin le plus beau de la saison. Jean-Richard Randriamanantsoa fut le premier à réussir le break pour mener 3-2 dans le premier set. Patel répliqua aussitôt pour égaliser à 3-3 avant de mener 4-3 suite à un jeu blanc. Mais le Malgache lui répondit de la même manière en égalisant à 4-4.
Pris dans l’étau à l’entrée du 9e jeu (0-15), Patel enleva néanmoins le jeu, concrétisant sa première balle pour sauver ainsi son service à 5-4, le tournant de cette première manche. Car Randriamanantsoa tentera, en vain, d’appuyer un peu plus sa première balle. Et à la faveur de deux retours de service qu’il lui expédia adroitement au long du couloir, son adversaire se dota de deux balles de break avant de conclure le set.
Visiblement assommé, Jean-Richard Randriamanantsoa, classé n°1 du tableau, se relèvera avec peine dans ce qui sera la seconde manche. Aussi, quand Patel fit le break pour mener 2-0, on sentait que la pression montait inexorablement de l’autre coté du filet. Et à 4-0, assorti d’un deuxième break pour Patel, c’était carrément la panique pour Randriamanantsoa. Scénario assez imprévisible…
« A 4-0, je me suis dit advienne que pourra, bien décidé à me battre jusqu’au bout, même si le score était de 10-1 pour lui. Il fallait que j’essaie de jouer. Mais mon service était nul. C’est la première fois que je l’affronte. Je l’affronte plus souvent, je retrouverai mon jeu. J’aurai ma revanche la prochaine fois », confia néanmoins le Malgache.
S’il put revenir à 1-4 sur service adverse, Randriamanantsoa craqua complètement sur la fin en concédant un 3e break à 1-5 et commettant trois doubles fautes. Score final : 6-1 pour Kamil Patel. Ce dernier remporte son 4e titre depuis 2009 et les Rs 10 000 de primes réservées au vainqueur.
Ravi, Kamil Patel déclare qu’il sentait « bien la balle malgré le temps pluvieux et la surface un peu lourde et instable. Après le débreak dans le premier set, j’ai continué à contrôler le plus simplement. Je crois qu’il s’est mis alors la pression et cela l’a déstabilisé. À 4-0, j’avais compris qu’il fallait l’attaquer sur son revers et son très bon coup droit. Finalement, il a craqué en commettant des fautes. Le premier set ? Il a été assez dur à surmonter à l’inverse du second où mon adversaire n’a pas su garder le même niveau de son jeu. »