Le tennis de table mauricien a vécu une année charnière en 2011. Avec les Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) aux Seychelles et les Jeux d’Afrique à Maputo, les pongistes mauriciens ont démontré des signes de progrès, tout en étant incapables de passer les caps cruciaux. Mais d’un point de vue général, les pongistes ont tenu la gageure haute pendant une année 2011 marquée par les sorties internationales.
Ce n’est donc pas demain que Maurice sera représentée aux JO. Widaad Gukhool a échoué d’un cheveu. « Mais il ne faut pas trop s’en formaliser : elle est encore jeune. Et pour 2016, elle sera prête », affirme l’entraîneur national Rajessen Descann.
Mais en dehors de l’absence d’une qualification olympique, l’année 2011 a été celle du renouveau pour le tennis de table mauricien. « Les jeunes ont évolué décomplexés devant des adversaires plus chevronnés. C’est de bonne augure pour la suite », explique le coach.
On l’a vu pour les JIOI. Les deux jeunes, Widaad Gukhool et Déborah Wong, qui ont tenu tête aux Réunionnaises, Malgaches et Seychelloises, ont été de grosses satisfactions. « Elles ont tenu la pression pendant tout le tournoi. Et c’est ce dont elles ont besoin pour la suite de leur carrière. »
Pour rester dans le chapitre des JIOI, rendez-vous majeur du calendrier local, les Mauriciens ont fait mieux que survivre. Alors que l’équipe est composée d’une majorité de jeunes — plus de la moitié n’a pas encore 20 ans — et que l’équipe féminine est encore inexpérimentée à ce niveau, Maurice enlève deux médailles d’or dans le tournoi par équipes. « L’objectif de départ était de faire mieux que 2007. On l’a fait. Mais surtout, on est premiers de la région », soutient Rajessen Desscann.
Et Maurice prend une troisième médaille d’or avec Rhikesh Taucoory et Widaad Gukhool en double mixte. « C’était la cerise sur le gâteau. On aurait pu aspirer à mieux, mais certaines circonstances ont joué contre nous », souligne Rajessen Desscann.
D’autres motifs de satisfaction viennent s’ajouter aux JIOI. La participation mauricienne au Tournoi international de La Cressonière, à la Réunion, en est une. Ce tournoi a vu l’émergence et la confirmation de tout le talent des jeunes pongistes, à l’image de Wassim Gukhool et Isabelle Chowree, le premier terminant vainqueur de la catégorie U18 et l’autre finaliste chez les seniors. « C’était de très grandes satisfactions. On a vu que l’équipe pour les Jeux de 2015 prend forme peu à peu », avance l’entraîneur national.
Par contre, Maurice a un peu pêché sur le plan continental. Même si le nombre de médailles de bronze (3) est la plus forte moisson que Maurice ait récolté ces dernières années, les Mauriciennes n’ont pu passer le cap des demi-finales, ce qui les prive d’une qualification directe pour les Mondiaux. Mais Jaisina Newaj décroche malgré tout une qualification pour les Mondiaux cadets, qui se tiendront début 2012 au Puerto Rico. « Il y a certains aspects du jeu à travailler, c’est sûr. Même si Maurice ne prend que des médailles de bronze, cela montre que nous avons une présence continentale. Maintenant, nous ne devons pas la perdre », soutient le coach.
D’ailleurs, pour que les pongistes assimilent le principe d’une année chargée, un stage intensif de deux semaines s’est tenu récemment, au Centre national de tennis de table à Beau-Bassin. « On voulait que les joueurs comprennent que 2012 serait toute aussi importante que 2011. Ils l’ont parfaitement compris », conclut Rajessen Desscann.