Deux pongistes, Allan Arnachellum et Déborah Wong, se rendront en Chine pour un stage de trois semaines. Ils seront dans la ville de Beijing, sous la houlette de l’ancien DTN chinois Huang Ming, qui s’est occupé de toutes les formalités avant leur arrivée dans la capitale chinoise.
Les deux pongistes ont été retenus en fonction de leur sérieux et des résultats qu’ils ont produits pendant la saison écoulée. Tous deux ont été médaillés d’or dans le tournoi par équipes aux JIOI seychellois l’année dernière. « Allan s’est montré très régulier pendant la saison, alors que Déborah a été un pion essentiel dans la conquête de la médaille d’or », commente l’entraîneur national Rajessen Desscann.
Les deux pongistes prendront l’avion le 17 mars pour rallier la capitale chinoise. Ils seront de retour le 6 avril. Ils seront accompagnés de Patrick Sahajasein, actuel directeur technique fédéral (DTF). Pendant leur séjour, les pongistes seront appelés à s’entraîner à une moyenne de cinq à six heures par jour.
« Il nous faut remercier Huang Ming, qui nous a été d’une grande aide depuis les derniers JIOI. Notre but est la progression du tennis de table et Huang Ming nous aide grandement dans cette optique », déclare Rajessen Desscann.
De plus, les deux pongistes vont bouger une fois dans la capitale chinoise. « Le but de ce stage est de leur permettre de s’exposer pour la première partie de l’année. Ce sont deux jeunes prometteurs qui ont besoin qu’on les soutienne. Donc, ce stage les aidera pour la suite. »
D’ailleurs, la Chine semble le pays idéal pour Déborah Wong, qui pratique un jeu axé sur la défense. De plus, avec ses picots longs, la Chine est le pays tout trouvé pour développer son style de jeu. À noter que ce stage sera payé par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), à travers le budget de l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT).
Par ailleurs, le comité technique de l’AMTT se penche sur la participation mauricienne aux championnats d’Afrique cadets et juniors. Ainsi, si la participation d’une équipe juniors féminine et une formation masculine chez les cadets sont assurées, la question d’envoyer des cadettes se pose de plus en plus.
Mais pour l’instant, l’idée fait son chemin. « Nous voulons que les plus jeunes puissent se familiariser avec le niveau africain. C’est pour ça que nous voulons que les plus jeunes puissent faire leurs armes en Afrique », souligne Rajessen Desscann.
Pour les championnats d’Afrique, prévus début avril en Algérie, l’équipe cadettes fille devrait comporter deux ou trois éléments. Mais rien n’est encore définitif. « Nous avons quelques joueuses qui sont tout à fait valables. Même chez les garçons, on sent que le niveau monte. Ce qui est une bonne chose puisqu’on prépare la relève pour les JIOI de 2015. »
D’ici l’annonce de la sélection, prévue dans deux semaines, les pongistes s’entraînent à un rythme assez soutenu. « En fait, nous préparons les championnats d’Afrique cadets et juniors depuis notre retour des JIOI l’année dernière. Avec un stage en décembre, nous avons vu que les six mois qui suivi les Jeux ont été bénéfiques. À nous de nous maintenir sur cette lancée », conclut Rajessen Desscann.