La pongiste Widdaad Gukhool, qui se trouve au Sultanat de Bruneï, s’est illsutrée le week-end dernier lors du Tournoi de première division, en remportant la finale de la compétition face au no. 3, HJ. Irwan. Lors de cette finale d’anthologie, Widaad Gukhool a remonté un déficit de trois sets pour s’imposer 4-3. Une situation qui lui a permis de remporter son deuxième tournoi en à peine quelques mois dans le sultanat.
Déjà, la compétition regroupait 32 joueurs, venant de la Malaisie, des Philippines et du Bruneï, répartis en huit poules de quatre. Les deux premiers se qualifiaient automatiquement pour les quarts de finale. Un parcours sans anicroche, qui voit la Mauricienne arriver en finale pour affronter H. J. Irwan, no. 3 du Bruneï, qui, en l’absence des deux premiers, se retrouve avec la casaque de favori.
« Widaad Gukhool a bien progressé. Elle s’impose petit à petit comme une joueuse de calibre au Bruneï », analyse l’entraîneur national Rajessen Desscann.
En effet, Widaad Gukhool a fait appel à toute son expérience et à sa science du jeu pour revenir de loin. En effet, après avoir été dominée pendant les trois premiers sets, elle reprend la main au quatrième.
A 3-1, la messe était quasiment déjà dite pour la pongiste. Mais voilà qu’elle prend un deuxième set et revient à 3-2, avant d’égaliser à trois sets partout.
Son adversaire tentera bien d’allumer de nouveaux contrefeux, mais c’était écrit que la Mauricienne ferait preuve de plus de sang-froid dans le dernier jeu. 11-7, et Widaad Gukhool s’empare de son deuxième succès au Bruneï.
« C’est une bonne chose pour elle. Elle arrive à se positionner parmi les meilleurs au Bruneï, tout en gardant un oeil sur ses études. »
D’autant plus que la joueuse est considérée comme le fer de lance du tennis de table féminin en vue des JIOI 2015, à La Réunion.
« Nous surveillons de près sa progression. Eventuellement, tout dépendra de son emploi du temps, mais c’est le genre de joueuse que nous aimerions avoir en sélection pour les JIOI », conclut Rajessen Desscann.