Coup double pour le Junior Sportsman of The Year 2014, Wasiim Gukhool qui a remporté pour la deuxième année d’affilée la palme chez les Seniors dans le Beryl Rose Open. Le champion de Maurice en titre a eu du mal cette fois-ci car c’est au comptage des points par sets qu’il a été sacré devançant Léo Liévrot et Allan Arnachellum. Du jamais vu.
La compétition dans la catégorie seniors hommes valait le détour dimanche dernier au Centre national de tennis de table à Beau-Bassin. L’entraîneur national, Rajessen Desscann, ancien pongiste de grande qualité, estime que le niveau affiché par Wasiim Gukhool, Léo Liévrot et Allan Arnachellum était tout simplement incroyable. La preuve, les trois joueurs ont enregistré six victoires pour une seule défaite, terminant à égalité. Ils ont dû être départagés par leur moyenne de sets remportés par match et il s’est avéré que là aussi, ils s’étaient neutralisés. C’est au comptage de points par sets que Gukhool l’a finalement emporté.
« Je n’ai pas le souvenir que trois pongistes aient dû avoir recours au comptage de points par sets pour se départager. C’est dire de la performance de ces joueurs qui ont pratiqué un beau jeu avec de gros échanges. Cela fait longtemps à Maurice que nous n’avions pas assisté à des matches aussi serrés avec beaucoup d’engagement et d’intensité. Wasiim a battu Léo, Allan a battu Wasiim et Léo a à son tour pris la mesure d’Allan, tout cela en cinq manches (3-2). Ils étaients aux coude à coude et ne se lachaient plus », explique Rajessen Desscann. Il poursuit, « la venue de Léo Liévrot est bénéfique pour nous car étant un joueur très talentueux, il améliore le niveau des autres pongistes. Wasiim et Allan ont été impressionnants. C’est de bon augure pour la suite, d’autant qu’ils auront encore l’occasion de se rencontrer lors de prochaines échéances ».
Du côté féminin, pas de surprise puisqu’Isabelle Chowree a été exacte au rendez-vous. Elle a ainsi remporté sept victoires en sept sorties. « Elle était clairement au-dessus de ses adversaires du jour. Isabelle effectuera un stage d’une durée de trois mois en Chine à mi-avril, histoire de bien se mettre en condition en vue des JIOI », ajoute le coach national. La surprise est toutefois venue des jeunes pongistes, Prathna Jalim et Ruqqayah Kinoo qui ont pris la deuxième et troisième places respectivement. Pur produit du Baby Ping, elles ont dominé des joueuses expérimentées tels que Sheetul Goodur ou encore Caroline Ramasawmy qui ont beaucoup d’expérience. « Je suis content de la progression de Prathna et Ruqqayah qui monte en puissance. Tant mieux car la pression est à son comble chez les filles car les places en sélection vaudront très chères », explique Rajessen Desscann.
Ce dernier conclut, « Nous nous sommes régalés durant les deux jours de compétition. Le spectacle était au rendez-vous et les joueurs ont livré de belles joutes. J’espère qu’ils vont poursuivre sur cette lancée car nous sommes sur la bonne voie. «