À peine arrivée à Brunei, la pongiste mauricienne Widaad Gukhool, qui est désormais basée à l’université du sultanat pour les quatre prochaines années, a marqué de son empreinte sa première sortie. Elle a en effet remporté la finale des championnats universitaires lundi dernier.
Défendant les couleurs de l’Institut de Technologie de Brunei, elle a remporté la finale du simple dames sans forcer son talent contre Arif Selamat, Gukhool s’imposant en trois sets.
Ce n’est que dans l’ultime jeu que son adversaire a fait montre d’un peu de résistance. Mais avec les deux premiers sets gagnés par Widaad Gukhool (11-6, 11-1), cette dernière devait se relâcher, voyant même son adversaire arriver à 10-10. Mais la n°1 mauricienne se ressaisit pour l’emporter 12-10 et enlever son premier titre majeur dans le sultanat.
D’ailleurs, elle s’était signalée dès les premiers tours, avant de passer le cap de la championne en titre, Chin Ming Ziu, en trois sets, en quarts de finale. En demi-finales, les choses se sont déroulées selon le même scénario, face cette fois  à Lei Yu Jian. Même score (3-0).
Das une déclaration au Brunei Times, Widaad Gukhool a rendu hommage à son adversaire. « Elle a bien joué. Mais je pense que j’étais dans une meilleure forme qu’elle. » La Mauricienne a également joué le tournoi par équipes lors de ces championnats. Malgré sa détermination, elle a terminé, avec son équipe, à la quatrième place. L’AMTT étudie la possibilité qu’elle participe à des stages en Chine grâce à sa proximité.
Par ailleurs, le pongiste Akhilen Yogaradjah, basé en France, entreprendra de participer sous peu à une série de tournois internationaux. Son périple devrait débuter, si tout se passe comme prévu, en Finlande dès le mois de novembre.
En fait, l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT) souhaite voir le pongiste de 18 ans s’aguerrir à la compétition. D’ailleurs, l’objectif à long terme est de le voir sous les couleurs mauriciennes en 2015 lors des JIOI à La Réunion. « Il a entamé sa carrière internationale avec Maurice. C’est une bonne chose qu’il ait participé aux Jeux de La Francophonie », avance Vimal Basanta Lala, secrétaire de l’AMTT.
Mais en 2015, le pongiste, qui a seulement entendu parler des Jeux, risque de se retrouver confronté à une atmosphère qu’il n’a pas connue jusqu’ici. « Les JIOI, c’est particulier. C’est à qui intimidera le plus son adversaire », avance Vimal Basant Lala.
Pour rappel, en 2011, le Malgache Jonathan Nativel, pourtant futur vainqueur du simple hommes, découvrant le premier tour du tournoi par équipes, avait littéralement craqué devant la foule. « C’est un fait, il faut être habitué à cette atmosphère. » Mais l’AMTT veut aussi voir le pongiste disputer les différents championnats d’Afrique l’année prochaine. « En 2014, on entamera une autre phase de la préparation en vue des JIOI. L’Afrique sera son test », conclut Vimal Basanta Lala.
L’AMTT organisera d’ici à la fin du mois de novembre deux tournois pour conclure son calendrier. Comme c’est désormais la tradition, les pongistes auront droit, en fin de saison, à un tournoi par équipes, ainsi qu’à une compétition à handicap. De ces deux tournois, celui à handicap présente un plus grand intérêt. En effet, les joueurs de D1 accordent deux points d’avance aux joueurs de D2 et trois aux joueurs de D3.
« En fait, nous attendons que les examens se terminent pour que les choses reprennent leur cours normal. » Certains pongistes seront de nouveau sur le chemin de l’entraînement dès lundi.