La saison de tennis de table démarrera ce week-end avec la première journée de la manche aller. Une journée disputée en deux jours, avec des chocs dès la première journée. Mais le vrai choc surviendra lors de la troisième journée de la manche aller, avec un duel Warren Li Kam Wa/Allan Arnachellum.
Que réserve donc la Ligue cette saison ? Déjà, la ligue féminine disparaît. Les joueuses de première division se retrouvent donc en deuxième division masculine. Ce qui, à en croire l’entraîneur national, Rajessen Desscann, permettra une nouvelle lecture de la compétition. « Nous avons remarqué que les filles se retrouvaient toujours entre elles. Et, forcément, elles se retrouvent à stagner. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de les laisser jouer en D2 masculine », expliquait le coach il y a quelques semaines dans nos colonnes.
Et ce dernier ne cachait pas non plus son optimisme quant à voir les filles atteindre la D1. « Elles peuvent aller jusque-là. Elles ont souvent montré qu’elles pouvaient rivaliser avec les garçons. Alors, je pense qu’on peut tenter l’expérience. »
Mais ce qu’on suivra particulièrement, c’est la bataille que se livreront Warren Li Kam Wa et Allan Arnachellum. L’année dernière, c’est Li Kam Wa qui avait remporté la ligue aux dépens d’Arnachellum. Après une haute lutte, c’est le plus jeune qui l’avait emporté. Cette année, la lutte s’annonce tout aussi passionnante à suivre.
« Ce sont les deux têtes de série. Alors, chacun de leurs matches sera une occasion pour l’autre de comprendre le jeu de l’adversaire. » Mais les deux devraient croiser le fer dès la deuxième journée. Et cette rencontre pourrait marquer le tournant de la compétition.
En D2, on suivra avec une certaine attention les plus jeunes. Les Jason Pontoise, Wassim Gukhool, Déborah Wong et autre Widaad Gukhool. « Nous nous attendons à voir une jeune élite se former », avance Rajessen Desscann.
Mais le coach est aussi confiant que les filles seront du même niveau que les garçons. « En fait, si elles veulent s’accrocher, il leur faudra élever leur niveau de jeu, s’habituer à un style plus rude et faire preuve de beaucoup de force mentale. C’est ce qui fera la différence », fait ressortir l’entraîneur national.
Pour ce premier tournoi de l’année, le staff technique portera une attention particulière aux défauts. « Nous sommes en pleine préparation pour les championnats d’Afrique cadets et juniors. C’est le moment d’apporter les retouches nécessaires », précise le coach.
Cette compétition s’annonce aussi importante dans la mesure où elle confère au vainqueur 400 points, suffisant pour être classé parmi les têtes de série. Les enjeux sont les mêmes, mais pour les pongistes de l’élite, ils seront tout autres : se maintenir parmi les meilleurs…