Les pongistes de Maurice se sont sublimés hier, lors des finales des tournois par équipes, disputés au gymnase de Roche-Caïman. Deux victoires qui viennent conclure deux journées sans défaite pour les Mauriciens, qui ont dominé tour à tour Malgaches, Seychellois, Réunionnais et autres Maldiviens. La formation masculine a battu les Réunionnais sur le score de 3-0, alors que les Mauriciennes, emmenées par Widaad Gukhool, ont pris le meilleur sur les Réunionnaises 3-1. Les Malgaches prennent la troisième place chez les hommes, alors que les Seychelloises complètent le podium en féminin. L’exploit est d’autant plus important car Maurice n’a jamais réalisé ce doublé auparavant.
Par équipes hommes : sublimes, tout simplement…
Que dire de l’équipe masculine ? Rien. Ils étaient tout simplement les meilleurs sur le plan physique, mental et psychologique. Les grands bonhommes de ce succès ont pour noms Jean-Michel Appasamy, Rhikesh Taucoory et Bryan Chan Yook Fo. Trois noms qui ont permis de faire résonner le Motherland hier au gymnase de Roche-Caïman à l’heure de la remise des prix.
« C’était l’objectif. On voulait le tournoi par équipes. Là, c’est fait. On se reconcentre et toute autre médaille qui viendra sera du bonus. » Des propos signés Jean-Michel Appasamy, doyen du groupe. Mais lui aura un peu douté. Surtout au moment d’affronter un Séveric Naralingom finalement battu sur le score de trois sets à rien (11-9, 14-12, 11-9).
Rhikesh Taucoory, lui, est aux anges. La médaille qui leur avait échappé en 2007 ne leur a pas glissé des mains cette fois. Lui aussi a prouvé, à 23 ans, qu’il avait l’envergure d’un grand. « Maintenant, on est en confiance. C’est clair qu’on va être la cible privilégiée, mais on peut riposter. On ne veut rien laisser passer. »
Pendant son match contre Sébastien Maillot, lui aussi aura douté. Car après un grand début de match avec un premier set en poche (11-7), il se fait rattraper au deuxième (5-11) avant de prendre l’eau au troisième (9-11). Mais alors que Maillot sonne la révolte, Taucoory ne se laisse pas surprendre. Le Mauricien arrive à hausser son niveau de jeu, et plante son adversaire sur place (11-6).
Ultime set : la forteresse Taucoory tremblera mais ne cédera pas. Il sera poussé dans ses derniers retranchements, mais finira par sortir vainqueur de cette étape vers la médaille d’or (14-12). « Oui, j’ai joué sous pression. Un peu crispé au début, mais au cours du match, je me suis relâché. Je tiens à dire merci à l’équipe, à tous ceux qui nous ont encadrés, à tous ceux qui croient en nous », souligne-t-il.
Last, but not least, Bryan Chan Yook Fo, premier à entrer en scène. Lui, c’est tout simplement beau à voir. La rencontre contre Cédric Agathe, médaillé d’or du simple homme en 2003, a vite tourné à son avantage. Deux sets rapidement gagnés (11-4, 11-8) avant que Cédric Agathe ne se rappelle aux bons souvenirs du Mauricien. Il remporte un set en 11-5, avant de se laisser prendre par l’aîné des Chan Yook Fo lors du dernier round (11-7).
« Nous avons carburé à l’esprit d’équipe. C’était notre vraie force. Quand j’ai joué Agathe, je savais qu’il fallait jouer tactique. Maintenant, on attend et on voit ce qui nous attend pour la suite. »
Maurice frappe donc un grand coup avec cette première médaille d’or en masculin. L’occasion pour Patrick Sahajasein, actuel directeur technique fédéral, converti en Team Manager, de repenser à ce que lui n’a pu vivre en tant que joueur. « C’est énorme. Voir ce doublé est quelque chose d’extraordinaire. Ça a un goût historique. Mais ne nous réjouissons pas trop. On a encore autre chose à faire. »
Cet autre chose, c’est aller chercher d’autres médailles dans ce qui reste de compétitions (simple hommes, double hommes, double mixte, simple dames et doubles dames). La quête ne fait que commencer…