L’Égypte a marqué de son empreinte les championnats d’Afrique de tennis de table en enlevant toutes les finales, samedi et dimanche au Centre national à Beau-Bassin. D’Aly Ghlallab à Youssef Abdel-Aziz, en passant par la surprise Amira Yousri, les Pharaons ont été impériaux en décrochant les sept titres en jeu.
La finale qui aura retenu l’attention est celle du simple hommes chez les juniors. Aly Ghallab, finaliste malheureux lors du World Junior Circuit quelques jours auparavant, a remis les pendules à l’heure en dominant son compatriote Karim Elhakem 4-1 (11-7, 11-4, 13-15, 11-6, 11-7). Une finale qu’il avait à coeur de rempoter puisqu’il en est à sa dernière année juniors. « Je me vois bien gagner le tournoi des moins de 21 ans », a-t-il déclaré.
Revenant sur la finale qui l’a opposé à son compatriote, il dira qu’il s’est également racheté en ce qui concerne celle perdue l’année dernière. « Les championnats d’Afrique ont une portée différente. D’ailleurs, j’avais perdu la finale l’année dernière », rappelle-t-il.
Chez les filles, l’Égyptienne Amira Yousry a causé la surprise en venant à bout de l’Algérienne Sannah Lagsir sur le score de 4-3 (8-11, 11-7, 8-11, 11-8, 11-5, 11-8). C’est pourtant l’Algérienne, tête de série n°1, qui s’octroyait le meilleur départ, remportant trois des quatre premiers sets.
Mais l’édifice s’écroula. Par excès de confiance ? « Alors que je menais 3-1, j’ai un peu relâché mon jeu, ce qui m’a fait commettre des fautes bêtes. De son côté, mon adversaire a capitalisé là-dessus et c’est ce qui a contribué à ma défaite », explique Lagsir. L’Égyptienne, de son côté, revenait petit à petit dans la rencontre. Lagsir, elle, donnait tout. « Mais ça n’a servi à rien. Je ne suis pas contente, mais c’est le tennis de table ».
Yousry, elle, jubilait. Un succès qu’elle a construit patiemment, au fil de la rencontre, qu’elle savoure pleinement. « Il y a deux ans j’étais championne d’Afrique cadettes en Tunisie. C’est une suite logique », estime-t-elle.
C’est également une façon de prendre sa revanche sur une adversaire qui l’a dominée en deux occasions lors du World Junior Circuit, en simple dames et au tournoi par équipes. « Je voulais prendre ma revanche. Quand j’étais menée 3-1, mon entraîneur m’a demandé de me battre sur tous les points, même si j’avais un peu peur d’elle », explique la nouvelle championne d’Afrique.
Chez les cadets, Youssef Abdel-Aziz a confirmé tout le bien que l’on pensait de lui après sa victoire au World Junior Circuit. Se dressait devant lui, le Tunisien Nathael Hamdoun, qui voulait démontrer qu’il avait lui aussi les qualités pour y arriver. Mais Abdel-Aziz, en quatre sets, dont un perdu, a vite fait de confirmer son titre continental acquis l’année dernière.
C’est Hamdoun qui s’offrait pourtant le meilleur départ, en enlevant le premier set 11-1 ! Et puis, il s’écroule, non sans avoir opposé une belle résistance au deuxième jeu (15-13). Les deux autres verront l’Égyptien finir le travail en 11-8 et 11-6.
Chez les filles, on a assisté à un duel de soeurs, entre Mariam et Marwa Alhodaby. Finalement, c’est Mariam Alhodaby qui s’est imposée aux dépens de Marwa sur le score de 3-2 (10-12, 11-8, 10-12, 11-6, 11-7).