Les Jeux d’Afrique sont terminés, les pongistes ont leurs champions. Mais quelles leçons tirer de la campagne africaine ? Uno : que Maurice n’est pas prête à rivaliser avec le haut niveau africain. Deusio : qu’il y a encore du chemin à faire.
La performance mauricienne aurait pu être toute autre si le tirage au sort avait été plus favorable. Les Jeux d’Afrique, qui font office de tournoi qualificatif pour les JO, ont ouvert un boulevard pour les Égyptiens, Nigérians et autres Camerounais, tant chez les hommes que chez les femmes.
Widaad Gukhool est celle qui aura fait rêver le plus longtemps. Elle, qui était à un match d’une qualification olympique, n’a pu trouver se sublimer pour se retrouver en quarts.
Mais il faut aussi voir l’autre face de ce tournoi. Les Mauriciens ont bien tenté de résister, mais les adversaires égyptiens, nigérians et autres algériens étaient trop forts. On l’a vu.
Dans les tournois par équipes, Maurice a pris une honorable septième place chez les filles, et une assez honorable neuvième place chez les messieurs. Bon, chez les messieurs, ceci peut s’expliquer par la concurrence, avec notamment des joueurs des pays d’Afrique du Nord qui évoluent dans les plus grands championnats européens.
D’ailleurs, le podium masculin est composé de l’Égypte, du Nigéria et de l’Algérie. Chez les dames, les Égyptiennes ont dominé la compétition, devant le Nigéria et le Congo Brazzaville.
En double mixte, les Mauriciens ont peiné à exister. La meilleure paire, Widaad Gukhool et Rhikesh Taucoory, s’est arrêtée en 32e de finale. Pas de quoi pavoiser. Mais quand on voit qu’ils perdent contre le duo Segun Toriola-Offiong Edem (Nigéria), futurs vainqueurs du tournoi, ils peuvent être fiers d’avoir opposé une résistance honorable.
Les autres tournois de doubles, hommes et dames, n’ont pas vraiment souri aux Mauriciens. Chez les messieurs, la paire Rhikesh Taucoory-Bryan Chan Yook Fo s’est arrêtée en 32e de finale, perdant contre les Algériens Mohamed Boudjadja et Idir Khourta, qui s’arrêteront en quarts de finale. Chez les dames, Isabelle Chowree et Widaad Gukhool sont tombées sur plus fortes qu’elles après le premier tour.
Les résultats sont légèrement décevants, mais il faut prendre en ligne de compte quelques paramètres. Les Mauriciens venaient à peine de terminer les JIOI qu’ils ont embarqué pour Maputo. Dans un autre ordre d’idées, les Jeux d’Afrique sont la concentration même de la puissance des Nigérians, Égyptiens, Congolais, et autres Algériens. Alors, aller chercher une qualification olympique était un rêve qui aurait pu se concrétiser si d’aventure les Mauriciens avaient pu se sublimer…