Le Beryl Rose Open a sacré des pongistes aux statuts différents. Si la plupart des favoris ont confirmé leurs intentions, d’autres ont créé la surprise. D’un côté, Warren Li Kam Wa a démontré qu’il est le n°1 actuel, de l’autre, Isabelle Chowree a profité de l’absence de Widaad Gukhool et du faux-pas de Déborah Wong pour enlever son premier titre majeur sur le plan local.
La finale masculine a été un remake d’une rencontre de ligue qui opposait Warren Li Kam Wa à Wassiim Gukhool, lors de la cinquième journée, en mai dernière. Wassiim Gukhool avait alors disposé de Li Kam Wa, créant la surprise du tournoi. Mais dimanche, Li Kam Wa devait signer une victoire 4-1. Wassim Gukhool aura bien tenté de lui rendre la vie dure, mais Warren Li Kam Wa aura été plus réaliste.
Au terme des cinq sets, (11-4,11-9,21-19, 8-11,11-8), Li Kam Wa rétablissait sa suprématie sur le tennis de table local. « Warren mérite amplement sa finale. Là, on a vu qu’il était mieux préparé, moins crispé que lors de la dernière rencontre avec Wassiim », analyse l’entraîneur national, Rajessen Desscann.
Autre surprise côté masculin : la défaite d’Allan Arnachellum. C’est le jeune et prometteur Jason Pontoise qui s’est défait du tenant du trophée en huitièmes de finale. « Jason est un joueur qui monte. D’ailleurs, il s’est arrêté en demi, vaincu par Wassiim », avance encore le coach.
Warren Li Kam Wa a signé un doublé avec une victoire chez les juniors. Une finale rapidement bouclée, sur le score de 3-0 (11-7, 11-5, 11-5) aux dépens de Faiz Baboolall.
Chez les cadets, la finale opposait Oomar Ahmed à Wassiim Gukhool. Alors qu’on attendait une finale plus disputée, la rencontre a été pliée en trois sets par Ahmed (11-8, 12-10, 12-10).
Chez les filles, Isabelle Chowree a profité de l’absence de Widaad Gukhool, qui règne d’une main de fer sur le tennis de table féminin, pour s’adjuger sa première victoire finale. Face à Sheetul Goodhur, Chowree a su se dépasser pour remporter cette finale.
Il a fallu sit sets pour départager les deux filles. Premier round 12-10 pour Isabelle Chowree, qui laisse cependant filer le deuxième set (8-11). Sheetul Goodhur tente bien de prendre l’avantage, mais n’y parvient pas. Résultat : 2-1 pour Chowree, qui conclut 11-7. Même scénario et même score au quatrième round, avant que Goodhur ne se réveille. 9-11 en faveur de cette dernière. Mais Isabelle Chowree se ressaisit et prend l’ultime set 11-6 pour s’offrir la finale féminine.
« Isabelle a très bien joué. Cette finale est un peu le remake d’un match de poule entre les deux », soutient Rajessen Desscann. Ce dernier note qu’Isabelle Chowree a su adapter son jeu dans la deuxième rencontre. « Elle a complètement changé son style de jeu. »