Les championnats nationaux de tennis de table se tiendront aujourd’hui, au Centre national, à Beau-Bassin, à partir de 9 heures. Cette compétition clôturera la saison 2014, avec l’attribution des titres dans plus de dix catégories. Mais c’est sans conteste la compétition chez les seniors qui accaparera l’attention, cet après-midi.
On se souvient que, l’année dernière, Wassiim Gukhool avait remporté la finale aux dépens de Warren Li Kam Wa. Une finale que le jeune Vacoassien avait dominée de bout en bout (3-0, 11-9, 11-7, 11-8). « C’était vraiment l’année de Wassiim. Il a montré tout son potentiel », explique l’entraîneur national Rajessen Desscann.
Wassiim Gukhool pourra-t-il rééditer son exploit cette année ? Si l’on tient en compte sa performance sur la saison, il y a de fortes chances qu’il soit à nouveau sur la plus haute marche du podium.
Sa saison a été axée principalement sur les Jeux de la CJSOI, pour laquelle il est passé par une phase de préparation intensive. D’ailleurs, sa prestation aux Seychelles lui a permis d’acquérir une nouvelle dimension sur la scène régionale. C’est donc fraîchement auréolé de son nouveau titre de champion régional qu’il ira défendre son titre acquis l’année dernière.
« Mais il faudra malgré tout qu’il fasse attention à ses adversaires », poursuit Rajessen Desscann. En effet, Allan Arnachellum pourrait essayer de reconquérir son titre. Mais ce n’est pas le plus dangeureux.
La nouvelle vague de pongistes, emmenée par Jason Pontoise, Miguel Inguil et Omar Ahmed, pour ne citer que ceux-là, ne viendra pas la fleur au fusil. « C’est une génération talentueuse, qui se bat sur chaque point. Je ne prévois pas de matches faciles pour les favoris », avance encore Rajessen Desscann.
En outre, Wassiim Gukhool a connu une période de blessure assez longue en amont des Jeux de la CJSOI, où il avait été contraint de rester éloigné de la salle d’entraînement pour une durée de six semaines. Cela dit, il est revenu en forme, avec trois médailles acquises aux Seychelles.
Chez les dames, la question est tout aussi épineuse. Sharon Knubley-Bhurtun avait tenté un coup de poker en reprenant la raquette l’année dernière. Come-back réussi avec brio, puisqu’elle s’était défaite de Sheetul Goodhur en trois sets à rien (11-8, 12-10, 11-8).
Reviendra-t-elle cette année ? Ou laissera-t-elle le titre de championne de Maurice à une autre ? En tout cas, les candidates pour ce titre ne manquent pas.
Isabelle Chowree fait, d’ores et déjà, figure de candidate numéro une, de par son parcours cette année. Sauf qu’elle a dû ranger la raquette, le temps de ses examens du Higher School Certificate (HSC).
Derrière elle, on retrouve Caroline Ramasawmy, Elodie Hau Wan Ko, Ruqqayah Kinoo ou encore Harsha Hauzaree. Mais la vraie menace viendra de Sheetul Goodhur, qui doit encore épingler ce titre à son palmarès.
« Sheetul paraît la mieux armée pour donner la réplique à Isabelle. Elle a toujours bien figuré, terminant toujours dans le top quatre des tournois au cours de la saison », analyse encore Rajessen Desscann.
Dans les autrs catégories, on devrait suivre avec un intérêt particulier la performance de joueurs issus du projet Baby Ping Elite, dont Ryan Sahajasein, Ivana Desscann, Shawn Chan Kee, pour ne citer que ceux-là.
Le coup d’envoi de la compétition sera donné à 9 heures. Les finales se dérouleront dans l’après-midi.