Les jeunes pongistes de la sélection mauricienne se préparent activement en vue des prochains Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) qui se tiendra l’année prochaine à La Réunion. Ces XXes Jeux du Commonwealth leur serviront ainsi de préparation eux qui comptent engranger le maximum d’expérience que ce soit en individuel ou en double.
Le directeur technique fédéral de l’Association Mauricienne de Tennis de Table (AMTT), Patrick Sahajasein a spécifié que le but était de bien se préparer en vue des prochains JIOI. « Nous nous alignons à toutes les compétitions dans l’optique du grand rendez-vous indianoéanique. Cette compétition est un tremplin pour les joueurs qui en sortiront très aguerris », explique-t-il. C’est Akhilen Yogaradjah qui sera le fer de lance de l’équipe de Maurice en Écosse, lui qui possède de meilleures chances de figurer sur le podium.
« Il nous avait impressionnés lors des Jeux de la Francophonie à Nice, où il avait raté de peu la médaille de bronze. Même si le niveau du Commonwealth est supérieur au niveau de la Francophonie, j’estime qu’il a une carte à jouer dans la compétition individuelle », souligne Patrick Sahajasein. À noter que le jeune pongiste s’entraîne en France, plus précisément au Levallois Sporting Club. Deux autres expatriés seront également du déplacement, à savoir les frères Chan Yook Fo (Bryan et Billy). Ces derniers font leurs gammes en Chine. « En terre chinoise, ils font face tous les jours à des pongistes de grandes qualités et expérimentés . Donc, ils sont conscients de ce qui les attend et sont prêts mentalement », soutient notre interlocuteur.
En ce qu’il s’agit des filles, Widaad Gukhool Déborah Wong et Isabelle Chowree auront également une belle carte à jouer. « Widaad (Gukhool) a poursuivi son entraînement à Brunei. Elle est revenue au pays le temps de préparer les Jeux du Commonwealth. Elle est très motivée et bénéficie ici de bons relanceurs de son niveau puisqu’elle bénéficie de l’aide d’Allan Arnachellum et de Warren Li Kam Wa. Ces derniers avaient notamment passé trois mois en Chine pour poursuivre leur apprentissage. Déborah Wong joue, elle aussi, en Chine », indique le directeur technique fédéral. Il soutient, « Isabelle (Chowree) est pour sa part en constante progression depuis les Jeux d’Afrique de la Jeunesse. Certes, le niveau n’est pas comparable mais c’est une jeune pongiste qui a acquis beaucoup d’expérience. Elle n’a pas bénéficié de l’expertise étrangère comme ses autres camarades de sélection mais cela ne constitue en aucun cas un handicap ».
« Il faudra toutefois être soudés et travailler en équipe. Le seul bémol est que l’équipe n’a pas passé beaucoup de temps ensemble et il manque une certaine cohésion. Nous mettrons tout en oeuvre pour rectifier le tir pour ainsi contruire un groupe relativement homogène. Il faudra nous montrer sous notre meilleur jour », a-t-il conclu. Ce n’est qu’une fois sur place que les pongistes prendront connaissance de leurs adversaires respectifs. Tout dépendra du tirage au sort.