Les pongistes de l’élite, attendus pendant l’année 2012, reprendront le chemin de l’entraînement dès mardi prochain. Une reprise en douceur afin de ne pas user les pongistes avant d’entamer, une semaine plus tard, le retour à la normale. Quand on sait que les objectifs seront surtout africains, les membres de l’encadrement technique surveilleront de près la progression de leurs poulains.
En remettant les pongistes dans le bain dès le 10 janvier, le comité technique souhaite les préparer pour la longue saison qui les attend. D’ailleurs, pour les mettre en jambes, ils auront droit à une première compétition dès février. « Nous allons commencer par la ligue », laisse entendre l’entraîneur national Rajessen Desscann.
Les deux équipes, juniors et seniors, reprendront l’entraînement en même temps. Mais pour ce début de saison, ce seront les juniors qui auront une petite priorité. « Ils auront un début de saison assez chargé », explique le coach.
Car avec les championnats d’Afrique juniors, prévus en avril prochain en Algérie, les jeunes auront l’occasion de démontrer qu’ils ont une place sur le continent africain. D’ailleurs, on s’attend à ce que les pongistes soient performants en Algérie. « Il faut voir ce dont les pongistes seront capables de réaliser là-bas. Mais je pense que nous pourrons tenir tête aux grosses pointures », souligne le coach.
Et pour espérer glaner le maximum de médailles en Algérie, l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT) prévoit d’envoyer une équipe de trois joueuses. « Nous pourrons ainsi jouer la compétition par équipes. Nous avons d’ailleurs une médaille de bronze à défendre, en espérant qu’on pourra récolter au minimum l’argent. »
Les garçons ne seront pas en reste pendant le déplacement en Algérie. L’AMTT étudie les chances de médaille d’une équipe masculine. « Selon toute probabilité, ils pourraient décrocher le bronze au minimum. » Ce sera, selon toute vraisemblance, un duo masculin qui prendra l’avion en avril prochain. « Ce sera une équipe cadette, si jamais ils devraient faire le déplacement. »
Les filles auront une belle carte à jouer. En effet, les championnats d’Afrique junior seront qualificatifs pour la Coupe du Monde, qui se tiendront en Afrique du Sud plus tard dans l’année. « Nous avons une chance de passer à cette étape. Et surtout, nous allons essayer de mettre toutes les chances de notre côté pour nous qualifier », souligne Rajessen Desscann.
En attendant, la préparation a commencé pour les pongistes. « Les entraînements commencent à 16 h pour se terminer à 19 h tous les jours. » Pour rappel, l’année dernière, Maurice avait enlevé trois médailles de bronze lors des championnats d’Afrique cadets et junior. Une dans le tournoi par équipes cadette et une autre chez les juniors, alors que la dernière médaille de bronze est venue de Jaisina Newaj en simple dames chez les cadettes. Un exploit que Maurice veut rééditer en 2012 en Algérie…
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Allan Arnachellum : « Les championnats nationaux ou rien »
2012 a été l’année de Allan Arnachellum. Avec une première place au classement final 2011, le pongiste a remporté deux tournois locaux et une médaille d’or aux JIOI. Ce qui n’est pas pour le satisfaire. Surtout qu’il a laissé échapper le titre de champion de Maurice après les JIOI. Cette année, il compte prendre sa revanche.
« 2012, c’est l’année où je voudrais être, enfin, champion de Maurice senior », lance-t-il. Le ton est donné. Demmi-finaliste l’année dernière, il compte vraiment monter sur la plus haute marche du podium cette année. « Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour y arriver. »
Lui qui a participé à ses premiers Jeux des îles en août dernier, aux Seychelles, a enlevé sa pemière médaille d’or à cette compétition, dans le tournoi par équipes. Par contre, il avoue être passé un peu à côté en simple. « C’étaient mes premiers Jeux. Il y avait beaucoup de presssion. Dans le match contre Godfrey Sultan, c’était limite. Nous avons tous les deux élevé notre niveau de jeu. Ça s’est vraiment joué à peu de choses près », laisse-t-il entendre. Mais sa saison sera portée sur quoi ? « Je ne sais pas si j’irai aux Mondiaux, à Dortmund. Ça reste à voir », souligne le pongiste.
Quel regard jette-t-il sur la saison passée ? « Avec les JIOI, nous avons pu construire notre esprit d’équipe. Les coaches, Patrick Sahajasein, Rajessen Desscann, et aussi Huang Ming, ont tout fait pour nous mettre sur la bonne voie. D’ailleurs, ils ont tous l’expérience des JIOI. »
Et il revient sur une anecdote : la perte de son passeport. « Je vais longtemps me souvenir de ce jour, quand j’ai dû rater le stage en Chine parce que je ne retrouvais pas mon passeport », conclut-il.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––-
Objectif: la qualification pour les Mondiaux
Les pongistes ont été au four et au moulin en 2011, préparation pour les JIOI oblige. Après trois médailles d’or, deux d’argent et une de bronze récoltées aux Seychelles, les Mauriciens ont connu une petite désillusion à Maputo pour les Jeux d’Afrique. Mais loin de s’en formaliser, c’est avec le sourire que les pongistes ont repris les entraînements en espérant que 2012 leur sera meilleure…
Ainsi, dès le 10 janvier, retour à l’arène, au Centre national de tennis de table pour se préparer pour les échéances 2012. Premier rendez-vous crucial : les championnats d’Afrique cadets et juniors. Le nombre de pongistes qui fera le déplacement n’a pas encore été décidé.
Mais selon toutes les probabilités, il se pourrait qu’une équipe de trois fillles fasse le déplacement. Pour les garçons, le nombre annoncé est de deux. Mais entre souhait ardent et réalité existe un immense fossé. « Ce serait bien qu’on envoie une équipe féminine et une autre chez les messieurs. Mais ça dépendra de plusieurs pramètres », laisse-t-on entendre du côté de l’Association mauricienne de tennnis de table (AMTT).
Et question perspectives pour l’année 2012, l’AMTT ne veut qu’une chose : s’affirmer sur le plan africain. Les championnats d’Afrique cadets et juniors, qualificatifs la Coupe du monde (décembre), en Afrique du Sud, seront donc un excellent tremplin pour la suite. Sauf que la suite n’a pas vraiment de piquant. En deuxième partie de saison, rien. Le calme plat. Peut-être un saut aux championnats d’Afrique seniors, inscrit comme tous les ans au calendrier, et une probable participation à la Coupe du Monde. Mais il faudra que les finances soient suffisantes.
Par contre, on annonce les Mondiaux, une étape dans la préparation en vue des championnats d’Afrique juniors. « Notre objectif principal est de se qualifier pour la Coupe du Monde. C’est un objectif majeur pour nous, puisque c’est une très grande compétition », confie l’entraîneur national Rajessen Desscann.
D’ailleurs, pour les Mondiaux, qui se dérouleront cette année à Dortmund, en Allemagne, l’AMTT souhaite déléguer une équipe féminine. « Nous voulons préparer les championnats d’Afrique au mieux. L’avantage, aux Mondiaux, c’est qu’il n’y a pas de répit. C’est match sur match. Alors, elles pourront aborder les championnats d’Afrique dans de meilleures conditions », soutient le coach. Mais pour les garçons, c’est un peu plus compliqué. « On ne sait pas encore si on aura une équipe en Allemagne », laisse entendre l’entraîneur national.
Mais 2012 ne sera pas seulement axé sur l’étranger. A Maurice aussi, il y aura des développements. Formations, stages, l’AMTT pense à tout. Cette année, pas de stages pour entraîneurs, mais une formation pour arbitres, animée par le Français Patrick Ringel, qui a officié comme juge-arbitre aux JIOI en 2011. « Nous sommes en pourparlers avec lui. Là encore, il nous faut trouver des sources de financement », confie le coach.
Et les plus jeunes ne seront pas en reste. La première mouture du Projet Baby, commencé il y a trois ans, arrive à sa maturité. 2012 verra l’année du premier contingent de pongistes décorés de la Raquette d’Or. « C’est la première étape. Mais nous avons déjà certains qui ont intégré la jeune élite. Ce qui démontre qu’il faut aussi miser sur la jeunesse. » Et si tout se passe bien, les jeunes pourront passer un nouveau cap, avec un déplacement à la Réunion. « Nous sommes en contacts avec la ligue réunionnaise pour cela », explique Rajessen Desscann.
Question bilan, l’AMTT présente un total de médailles assez intéressant. Dix médailles, continentales et régionales confondues : trois or, deux d’argent, deux de bronze aux JIOI, et trois autres de bronze aux championnats d’Afrique junior et cadet, ont démontré que Maurice peut encore être considérée comme une puissance dans la région. De plus, quelques podiums et victoires intéressantes à noter dans d’autres tournois, notamment au Tournoi international de La Cressonnière à la Réunion. « Cela montre que nous avons eu raison de croire dans la jeunesse. D’ailleurs, l’équipe était relativement jeune, avec Wassim Gukhool et Isabelle Chowree. Ils ont montré qu’ils seront prêts dans quatre ans pour les JIOI », commente, avec une certaine satisfaction, l’entraîneur national.
Et l’organisation de stages, l’an dernier, pour la préparation de la sélection nationale, tout comme pour les jeunes du projet Baby Ping, a grandement servi les desseins du tennis de table mauricien. « Quand nous avons implémenté le projet Baby Ping, nous avons souhaité donné une suppléance à l’élite. Avec l’éclosion des Harsha Hauzaree et autres Elodie Ho Wan Kau, on peut affirmer que la relève est là. »
Par contre, là où l’année n’a pas été bonne, c’est dans le conflit qui opposait l’AMTT au Trust Fund for Excellence in Sports (TFES). L’instance suprême du tennis de table à Maurice accusait le TFES de s’accaparer ses pongistes. Ce qui a, dans un premier temps, conduit à la suspension du concept sport-études, puis à la fin de l’association AMTT-TFES. Ironiquement, aucune communication n’a émané du Trust, alors que l’AMTT a expliqué sa position à maintes reprises.
Mais 2012 est là. Et on pense déjà aux moyens de mieux former et mieux encadrer ceux qui gravitent dans ce petit monde, joueurs, coaches et arbitres. D’ici la fin de la saison, le temps sera bien long…