Les Mondiaux par équipes de tennis de table, qui se sont tenus à Tokyo il y a deux semaines, ont vu la sélection mauricienne prendre la 87e place à l’issue du tournoi remporté par les Chinois. Les retombées des Mondiaux sont positives pour le tennis de table mauricien, qui a profité de ce déplacement vers le Japon pour resserrer les liens avec la fédération internationale.
Avant d’aller au Japon, les pongistes, accompagnés de l’entraîneur national Rajessen Desscann, ont effectué un saut en Chine. « Nous y avons rencontré Huang Ming, qui nous a aidés dans notre préparation et qui nous a fait rencontrer le représentant d’un sponsor », explique l’entraîneur. En effet, la sélection de Maurice a été habillée par la marque chinoise Nittaku. « Je souhaite dire un grand merci au directeur général de la marque, ainsi qu’à Huang Ming pour son soutien. »
Revenant à la compétition, l’entraîneur national dira que les trois pongistes Billy Chan Yook Fo, Bryan Chan Yook Fo et Wassiim Gukhool se sont bien comportés. « C’est vrai qu’ils ont été confrontés à un niveau élevé. Mais ils ont quand même pu s’en sortir avec trois victoires », souligne le coach. Maurice était également représentée pendant le congrès annuel de la Fédération internationale de tennis de table (ITTF). L’Association mauricienne avait justement délégué Rajessen Desscann.
Si, en règle générale, les retombées sont assez positives pour Maurice, seule une mesure pourrait entraver la participation des pongistes aux futures campagnes mondiales. En effet, la FITT a voté une loi pour que les pays participant aux Mondiaux passent par une étape qualificative. « En gros, la FITT a 220 membres. Et c’est assez difficile d’accommoder 220 pays pour des championnats du monde. Donc, à partir de 2016, pour les Mondiaux en Malaisie, seulement 92 pays seront qualifiés pour la phase finale », explique encoure Rajessen Desscann.
Autre évolution : l’assemblée générale de la FITT a voté pour les nouvelles balles, qui entreront en vigueur à partir du 1er juillet prochain. Cette nouvelle balle, de matière plastique, sera, selon les experts, plus écologique. « Le celluloïd est assez nocif, tout comme les colles utilisées auparavant. Maintenant, la FITT va vers un sport un peu plus écologique, ayant déjà adopté les colles à bases d’eau et la balle en plastique », poursuit l’entraîneur national.
Les joueurs mauriciens présents à Tokyo ont eu l’occasion de tester la nouvelle balle. « Les avis divergent. Mais en règle générale, elle semble bien accueillie. »
De plus, avec l’entrée en vigueur de ce nouveau paramètre, des questions se posent, à un an des JIOI à La Réunion. « Est-ce que les compétitions se joueront avec les balles en plastique ? La question sera posée au COJI, lors de la prochaine réunion du CIJ. » Toujours est-il que l’entraîneur national tire une belle satisfaction de la campagne japonaise. « Les joueurs se sont bien comportés. Je pense que les progrès accomplis se sont vus lors de la compétition », conclut-il.