La petite sélection — deux garçons et deux filles — prend l’avion demain matin pour disputer à partir de samedi le Tournoi international de La Cressonnière. Ce tournoi réunira les joueurs de la sélection de La Réunion pour les JIOI aux Seychelles. L’occasion de retrouvailles entre les Mauriciens qui ont fait les Jeux et leurs homologues réunionnais.
La tâche s’annonce-t-elle facile au premier abord ? Oui, à en croire Rajessen Desscann, qui agira comme chef de délégation. « L’équipe est jeune. Mais sur les quatre qui iront, trois ont été aux JIOI en août », rappelle le chef de délégation. En effet, l’équipe sera menée par les deux anciens que sont Allan Arnachellum et Sheetul Goodhur. On retrouve Isabelle Chowree, qui a été aux JIOI aux Seychelles. Le seul à faire son baptême du feu à cette compétition est Wassim Gukhool, tout juste âgé de 14 ans. « Il a fait ses preuves sur le plan local. Mais il faut aussi avouer qu’il a un peu bénéficié de l’absence de Warren Li Kam Wa, pris par ses examens », avance le coach.
Maurice sera donc en lice dans toutes les compétitions. Simple (hommes et dames), doubles (hommes, dames et mixte) et le tournoi par équipes (hommes et dames). « Nous allons essayer de les mettre en situation, bien qu’ils soient déjà habitués », souligne le chef de délégation.
L’opposition sera malgré tout bien présente en terre réunionnaise. Les garçons retrouveront sur leur route Cédric Agathe, Sébastien Maillot et Séveric Nagalingom, les trois piliers de la sélection réunionnaise aux JIOI. Chez les filles, ce ne sera pas du gâteau non plus. Chloé Santanon, Murielle Rivière et Audrey Picard, Clémence Hoareau, que du beau monde.
« Nous avons choisi de faire confiance à l’équipe parce que nous savons qu’ils sont capables de gérer la pression. De plus, nous avons choisi une équipe relativement jeune. C’est une expérience de plus que nous voulons leur donner », explique Rajessen Desscann.
L’autre membre de la délégation qui fera son baptême du feu international est Jean-Niclès Chowree, qui agira en tant que coach. Pour lui aussi, il s’agira d’une nouvelle expérience. « C’est vrai que c’est la première fois à ce niveau pour moi. Mais je ne ressens pas de pression particulière. Et je ne veux pas que les pongistes soient confrontés à la pression non plus », explique-t-il.
Pourtant, le Tournoi international de La Cressonnière est une compétition où Maurice a toujours plus ou moins bien figuré. « Cette année, nous y allons pour bien faire. Personnellement, je ne mets pas d’objectifs. Avec les joueurs de Nationale 2 française, je sais que ce sera difficile. Mais faire une bonne place sera déjà quelque chose », avance Jean-Niclès Chowree, qui est déjà détenteur d’un brevet de Niveau de l’ITTF. « J’espère avoir mon niveau 2 cette fois. »
Jean-Niclès Chowree a fait ses premières armes il y a trois ans. Avec l’avènement du projet Baby Ping de l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT), il s’est engagé comme coach pour la région de Beau-Bassin. « Je tiens à remercier l’AMTT de me donner la chance de diriger une équipe. J’espère être à la hauteur », conclut-il.