Les choses bougent pour l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT). En effet, le comité directeur a avalisé, la semaine dernière, le nouvel organigramme, qui inclut la Direction technique nationale et les entraîneurs nationaux.
Cette restructuration survient près de deux ans en amont des Jeux des îles de l’océan Indien, qui se tiendront en août 2019 à Maurice. « Nous avions déjà commencé à travailler dessus. Nous le mettons seulement en application », explique Rajessen Desscann, porte-parole de l’Association.
En fait, ce changement concerne surtout la Direction technique nationale. Ainsi, on retrouve tout en haut de la pyramide, le président, Vimal Basanta Lala, ainsi que le comité directeur de l’instance.
Juste en dessous, le responsable des relations internationales, poste qui échoit désormais à Rajessen Desscann. Ce dernier, qui occupait jusqu’à tout récemment les fonctions de responsable de la sélection féminine, sera aussi technical manager.
Le DTN, le Français Cédric Rouleau, sera lui, en charge de la mise en application des entraînements. Il aura pou seconds Patrick Sahajasein, responsable de la sélection masculine, et Isabelle André-Lindor, qui dirigera les entraînements de la sélection féminine.
Un changement profond, afin d’assurer une certaine pérennité au tennis de table. La venue d’Isabelle André-Lindor, ancienne médaillée aux JIOI et membres de la belle équipe des Jeux de 2003 à Maurice, est considérée comme un retour au bercail pour l’ancienne pongiste.
« Elle est très au fait du tennis de table. Elle détient un certificat de coaching de niveau 1 de l’ITTF », explique encore le porte-parole de l’AMTT.
Ce dernier met, pour sa part, un terme à une carrière d’entraîneur qui a commencé au lendemain des JIOI 2007, qu’il a conclu avec une médaille d’or en simple hommes. « Je suis content de mes nouvelles attributions. Je vais désormais m’occuper de tout ce qui touche au marketing et au sponsoring. »
Dans la foulée, les membres de l’AMTT ont rencontré le CEO du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES), Sheila Seebaluck. Au menu des discussions, le dégel des relations entre l’instance du MJS et l’Association. Une réunion qui a permis de dégager une nouvelle stratégie pour les deux parties. « Nous avons pu partager nos objectifs avec Sheila Seebaluck. Elle nous a expliqué sa vision pour le tennis de table et nous l’avons parfaitement compris. Je pense que cela nous sera bénéfique pour la suite », conclut Rajessen Desscann.