Les Mauriciens ne veulent rien lâcher en tennis de table. Ils l’ont montré en dominant, non sans difficultés, les phases de poules du tournoi par équipes tant chez les dames que chez les hommes. Si on devait donner la palme de la performance du jour à un Mauricien, elle irait sans conteste à Déborah Wong. Elle a livré un très gros match contre la Malgache Lantosoa Rasamiarimalala pour permettre à Maurice de préserver ses chances.
Les premières félicitations passées, Déborah Wong ne semble pas réaliser l’exploit qu’elle a accompli. Car elle était déjà menée deux sets à rien et Maurice tenait à remporter ce match pour terminer en tête de l’unique poule féminine. Alors, elle va puiser dans ses réserves. « Quand j’ai vu que je suis remontée à deux partout, les sensations sont revenues. À ce moment, tout pouvait arriver », lâche-t-elle.
Une fois le dernier point acquis, elle laisse exploser la joie. Les félicitations pleuvent. Celles de ses amies de la sélection nationale sont particulièrement chaleureuses. « Ça fait plaisir, surtout que j’ai la chance de jouer avec une bonne équipe. »
Dans cette rencontre face aux Malgaches, Maurice a souffert dès le début. Si Widaad Gukhool l’emportait face à Lantosoa Rasamiarimalala, Déborah Wong accusait le coup contre Tiana Ratsimbazafy. Égalité parfaite. Au double, les Mauriciennes passent le cap malgache, mais se font surprendre au troisième simple avec la défaite de Widaad Gukhool aux mains de Tiana Ratsimbazafy. Tout était à refaire. Mais si Wong a tremblé en début de rencontre, son jeu se fera plus sûr au fil des sets. L’avance de Lantosoa Rasamiarimalala (2-0) fondra vite.
Auparavant, les Mauriciennes avaient un peu souffert contre les Maldiviennes, qu’elles ont finalement battues 3-1. « Maintenant, on est sûres de jouer La Réunion. Pour l’instant, on va essayer de se reconcentrer. Sinon, on risque de passer à côté de la plaque demain (ndlr : aujourd’hui). »
Même compétition, pas le même scénario chez les hommes cependant. Alors qu’ils devaient jouer les redoutables Malgaches pour leur entrée en matière, ils ont finalement compris que leurs craintes n’étaient pas fondées. Du moins pour le moment. Car Jean-Michel Appasamy, le longiligne Mauricien, n’a pas tremblé en affrontant le Malgache Jonathan Nativel, annoncé comme le grand favori et l’arme secrète malgache. « Je savais que si je voulais gagner contre lui, je devais lui rentrer dedans. C’est ce que j’ai fait », soulignait Appasamy après la rencontre.
Nativel n’aura inquiété son adversaire qu’une fois. Derrière Appasamy, Bryan Chan Yook Fo et Rhikesh Taucoory n’ont eu qu’à terminer le boulot. C’est ainsi que, pour la toute première fois de son histoire, Maurice aura battu Madagascar sur le score de 3-0. Mais il ne faut pas voir cette victoire comme une finalité, explique Jean-Michel Appasamy. « C’est vrai que juste après ce sera dur. Mais là, les gars sont motivés. Ils en veulent encore »
Après les Malgaches, ce sont les Maldives. Cette deuxième rencontre a une aura particulière puisque les Mauriciens veulent réaliser des sans-faute. Et le trio, qui a effectué une rotation, avec Appasamy en troisième joueur, ne rate pas son coup. Ils ont encore gagné 3-0. « Il y a quatre ans, on perd le tournoi par équipes parce que nous avions mal calculé notre coup. Cette fois, on ne me la refera pas. Ce sont mes derniers Jeux, et j’entends les réussir », insistait Jean-Michel Appasamy.
Dans les autres rencontres, Madagascar s’est refait une santé en disposant des Maldives sur le score de 3-0 chez les hommes. Les Seychellois ont dominé Mayotte 3-0, avant de laisser la victoire aux Réunionnais. Chez les dames, les Seychelloises semblent intouchables avec des victoires contre Madagascar (3-0) et une autre contre les Réunionnaises (3-2).