La première partie du World Cadet Challenge, qui se déroule à Porto Rico, commence aujourd’hui avec la compétition par équipes. Le tirage au sort, effectué hier à San Juan, a permis aux représentantes de l’Afrique — Maurice est représentée par Jaisina Newaj —  de prendre connaissance avec leurs adversaires. Sur le papier, la meilleure chance africaine reste le tournoi par équipes.
Avec la présence de l’Europe, de l’Amérique du Nord, de l’Amérique latine et de l’Afrique dans le groupe B, les représentantes du Continent noir ont une chance de bien figurer. « Ce sera dur, mais je pense que ça devrait aller », explique l’entraîneur national, Rajessen Desscann, qui suit les performances de l’équipe africaine d’ici.
En fait, les choses s’annoncent beaucoup plus simples qu’on pourrait le croire. Les équipes ne sont pas dépourvues de moyens, mais malgré tout, l’Afrique a des arguments à faire valoir. « Il y a des joueuses de talent en Afrique. Il ne faut pas oublier que les cinq meilleures du continent ont été retenues », analyse le coach.
D’ailleurs, le premier test surviendra dès demain. L’équipe africaine affrontera les Européennes pour leur première sortie dans cette compétition. « Ce sera le premier enjeu : découvrir le niveau des Européennes. Puis, il faudra assurer », prévient le coach.
Et après avoir affronté l’Europe, les Africaines défieront l’Amérique du Sud, puis l’Amérique du Nord dans une confrontation qui devrait déterminer le classement final de la poule. « C’est vrai que ces deux continents ne sont pas des références, mais il n’empêche que les Confédérations respectives ont retenu leurs cinq meilleures joueuses », soutient Rajessen Desscann.
Dans la poule A, on retrouve l’Asie, traditionnel bastion du tennis de table, le pays hôte, Porto Rico, les participantes au projet World Hopes et l’Océanie. Tous ces pays sont des clients sérieux pour la consécration. D’ailleurs, l’Océanie avait privé l’Afrique d’une médaille de bronze en 2009.
« C’est le groupe le plus relevé, même si le groupe B est d’un bon niveau. Quoi qu’il en soit, Jaisina Newaj aura au moins vécu l’expérience des Mondiaux. De plus, elle s’est bien intégrée à l’équipe. »
Rajessen Desscann se base sur les courriels entre le responsable Youssef Rabie et l’AMTT pour étayer ses dires. Dans ses correspondances, le Team Manager de l’équipe africaine a déclaré que Jaisina Newaj s’est bien intégrée au groupe. « Il nous a fait comprendre qu’il avait tout fait pour la mettre à l’aise. »
Parmi les équipes, on note la présence des World Hopes. Cette entité est une émanation de la Fédération internationale qui a souhaité préparer la relève du tennis de table mondial. « C’est un projet qui vise à pousser les jeunes à atteindre le haut niveau. L’idée est de développer le tennis de table et d’avoir une élite très vite », explique Rajessen Desscann.