Kamil Patel a inscrit pour la cinquième fois depuis 2007 son nom au palmarès du simple hommes des championnats nationaux de Maurice UBP. Il s’est avéré trop fort pour le junior Ryan Wong, samedi à Petit Camp, s’imposant 6-1, 6-2 et conservant ainsi son titre. Un titre auquel s’ajoutent ceux du double hommes avec Matteo Zinno et le double mixte qu’il partage avec Astrid Tixier.
Au total, c’est une prime de Rs 15 000 que remporte le triple vainqueur, notamment Rs 10 000 (simple) et Rs 2 500 prévues pour chacun des titres en double. « La saison se termine ici pour moi. Attendons l’année prochaine », lâchait assez satisfait le président-joueur, après ce match qui était bien loin d’être un duel équilibré. « Je me sentais physiquement mieux que lors de ma finale précédente perdue face à Jacob Rasolondrazana (Anglo Mauritius Open). Ce jour-là, je n’étais pas en forme. Mais j’ai mieux joué aujourd’hui (samedi). »
Que pense-t-il de la prestation de son jeune adversaire ? « Je pense que les jeunes ont un gros défi à relever. Ryan n’était pas encore né quand j’enlevais mon premier titre de champion de Maurice en 1993. Il est né en 1996. Et puis, cela fait une vingtaine d’années que je suis n°1 national. Ryan est l’un des seuls qui continue à jouer à cet âge, ce qui n’est pas évident à cause des études. À 23 ans, le joueur atteint l’apogée de ses capacité. C’est dire que tout se passe entre 16 et 23 ans. C’est un passage crucial et il faut aussi compter avec une plus grande exposition internationale. Je compte environ 30 000 heures de matches dans ma carrière. Ryan est en encore lui peut-être autour de 7 000-8 000 heures. Je crois que c’est ce qui fait la différence », explique-t-il un brin de modeste.
Cette finale dura à peine une heure et demie. Et Patel mena 4-0 dans dans les deux manches avant que son adversaire ne réduise l’écart. « Bravo à Kamil, il joue vraiment à un autre niveau. J’ai eu du mal à entrer dans mon match et à trouver mon rythme. Je n’ai pas eu trop de chance. J’ai fait trop de fautes. Pourtant, j’ai tout essayé… », dira Ryan Wong, 17 ans. Il en profite néanmoins pour remercier « le TFES de son aide, sinon j’aurais arrêté de jouer depuis longtemps, UBP le sponsor, mes coaches Jean-Richard Randrimanantsoa, George Oyoo et Jacob Razolondrazana ainsi que Marinne Giraud, mon ancienne coach. » C’était sa première finale disputée à ce niveau.
Quant à la finale du simple dames, elle ne put aller jusqu’à son terme, la rencontre opposant Shannon Wong (1) à Astrid Tixier ayant été interrompue au 3e set pour cause d’averses. Tixier venait alors de combler le déficit d’un set pour s’imposer 6-4 et menait 1-0 à l’entrée du 3e set. Elle dut repousser le retour spectaculaire de son adversaire qui était menait 3-1 au 2e set avant que celle-ci n’égalise à 3-3, puis 4-4 avant de s’effondrer. La suite de leur duel a été repoussée à une date ultérieure. Tixier a aussi été couronnée en double mixte. Elle vise un quatrième titre en simple dames, son troisième d’affilée.