Le coach malgache Jean-Richard Randriamanantsoa a ouvert son compteur en s’adjugeant le premier Open 2013 de tennis, samedi au Club de Rose-Hill. Deux sets lui ont suffi pour remporter le simple hommes 6-1, 6-2 contre Ryan Wong. En féminin, la Française Stéphanie Sagaspe a dû attendre le troisième set pour venir à bout de Shannon Wong 3-6, 6-3, 6-4.
Le tenant du titre, Jean-Richard Randriamanantsoa, a survolé cette finale en exactement une heure. Face à son jeune élève, il n’aura cédé que trois jeux. « J’aime bien jouer sur cette surface, elle me rappelle mon pays… Mais Ryan n’est jamais entré dans son match, tandis que moi je n’ai pas lâché en maintenant la pression et gardant le rythme et le niveau jusqu’à la fin. Mais c’est vrai que j’ai plié le match plus vite que prévu », avoua le coach après ce remake de 2012.
L’an dernier, on se souvient qu’il s’était servi de ce tournoi comme rampe de lancement pour la suite de la saison. Et il ne cache pas que l’objectif sera le même cette année. « J’espère être bien parti pour le prochain tournoi (Mauritius Union Group Open 4-26 mai). Mais il faudra aussi compter avec un autre de mes compatriotes qui nous rejoindra très bientôt à Maurice », confie-t-il sans en dire plus. Mais selon nos renseignements, il s’agit de Jacob Razolondrazana, le dernier champion du simple hommes des Jeux des îles à Tana en 2007, puisque le tennis était absent en 2011 à Mahé. Le Malgache de 28 ans est attendu à Maurice en fin de semaine ou durant le week-end. Il était tout récemment en visite chez nous avant de se rendre à l’île soeur où il a disputé et remporté un tournoi par équipes avec le club du BOTC où il est licencié. Jacob Razolondrazana sera embauché par un club privé.
Pour en revenir à la finale du simple hommes, Ryan Wong, 16 ans, concède une fois de plus la défaite et se dit un peu déçu. « Il a pris le dessus dès l’engagement et je n’ai rien pu faire. J’avais du mal à me concentrer pas dû au fait qu’il soit mon coach, mais je n’étais tout simplement pas du tout dans le match. J’aimerais le féliciter car il a très bien joué. J’ai commis vraiment trop de fautes aujourd’hui (samedi) », dira-t-il.
Dans la finale féminine, Shannon Wong, après une entrée réussie dans le set initial où elle mena 3-0 avant de s’imposer 6-3, n’a pu finalement repousser le retour laborieux de son adversaire dans les deux manches suivantes. La Française Stéphanie Sagaspe, bien qu’étant en baisse de forme, parviendra à renverser la vapeur en un peu plus de deux heures. Elle mena 5-0 dans le deuxième set, céda les trois jeux suivants avant d’égaliser à un set partout 6-3.
« Ça a été dur. Il m’a vraiment fallu aller chercher le match. Étant coach, je m’entraîne moins et donc suis moins régulière. Cela a fait que Shannon a trouvé des failles pour dominer dans le premier set. Mais je savais qu’elle avait progressé et qu’elle jouait de manière plus consistente en commentant moins de fautes, surtout après son stage effectué en Afrique du Sud. J’ai gagné certes, mais dans la douleur car je me suis battue jusqu’au bout. Je suis contente d’avoir gagné et espère que le prochain tournoi sera plus à la hauteur de mes attentes », a simplement déclaré la lauréate.
Quant à Shannon Wong, 17 ans en octobre, elle garde quand même le sourire, avouant qu’elle n’est pas déçue. « Elle menait 4-1, puis 5-2 dans le 3e et j’ai essayé de combler l’écart point par point. Je suis assez contente de mon match. Je ne peux être déçue puisque j’ai été présente sur toutes les balles », confie-t-elle. Son stage en Afrique du Sud avait eu lieu avant et après sa participation aux championnats d’Afrique juniors U18 tenus courant février à Potchefstroom en Afrique du Sud. Elle y eut également l’occasion de s’aligner à deux tournois ITF U18 où elle n’a toutefois pu franchir la phase qualificative, « le niveau étant très relévé. »