La route Terre-Rouge/Verdun reste encore fermée à la circulation. C’est du moins ce qu’ont préconisé les ingénieurs de la firme sud-africaine ARK Consulting Engineers en raison de l’instabilité du site, qui demeure dangereux suite à des glissements de terrain notés le 23 juin dernier. Des tests ont été effectués et les échantillons envoyés en Afrique du Sud. De là, un rapport sera rédigé et envoyé à Maurice au plus tard lundi, et ce sera à partir des conclusions des experts sud-africains que l’ouverture de la route sera décidée. La décision devrait intervenir d’ici une semaine.
C’est ce qu’a expliqué le ministre des Infrastructures publiques Nando Bodha, hier après-midi, lors d’une visite des lieux en compagnie d’officiers de son ministère et de la Road Development Authority (RDA). Hormis l’expertise sud-africaine qui s’attelle déjà au dossier de la Ring Road, l’expertise réunionnaise est également sollicitée. La géophysicienne Marie Chaput, du bureau d’études Stratagem974, a soutenu que le site D6, comprenant la Phase 2 de la route Terre-Rouge/Verdun, au coût de Rs 762 millions, s’est dangereusement fracturé et affaissé.
Des techniciens sur place laissent officieusement entendre que face à cette situation qui ne cesse d’empirer après chaque grosse pluie, il ne serait pas viable de poursuivre les travaux du tracé. Dans une déclaration à la presse, le ministre Nando Bodha a quant à lui rappelé que sa priorité demeure la sécurité des usagers de la route et que ni lui ni ses techniciens n’ont droit à l’erreur en ce qu’il s’agit des réparations.