L’enquête du Central CID menée par la Land Fraud Squad au sujet de la dilapidation alléguée des terres de l’État sous l’ancien gouvernement a débouché hier sur l’interrogatoire du pandit Sungkur à propos du terrain que celui-ci a obtenu à Trou-aux-Biches pour la construction de son restaurant. Pendant un peu plus de deux heures, ce religieux, proche de l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam, a affirmé qu’il avait respecté toutes les procédures pour l’obtention de cette portion de terrain sur la plage de Trou-aux-Biches. En fin d’après-midi, il a été autorisé à rentrer chez lui.
La présence du pandit Sungkur aux Casernes centrales sur le coup de 14h15 hier fait suite à une convocation formelle des enquêteurs de la Land Fraud Squad pour faire la lumière sur les conditions dans lesquelles ce religieux a obtenu ce terrain sur la plage publique de Trou-aux-Biches. En présence de son homme de loi, Me Didier Dodin, le pandit Sungkur a catégoriquement réfuté les allégations portées contre lui, soutenant qu’il avait suivi toutes les procédures pour obtenir ce terrain où le restaurant Ritum Coffee avait par la suite été construit. Le pandit Sungkur aurait même brandi des documents pour étayer sa version.
Faisant la chronologie des événements, le pandit Sungkur a avancé qu’il avait d’abord effectué une requête au ministère du Logement et des Terres. Par la suite, le 19 décembre 2012, une partie de la plage de Trou-aux-Biches lui avait été allouée. Le pandit Sungkur s’est ensuite étendu sur ses connexions avec le gouvernement travailliste, en particulier avec l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam. Il devait alors faire comprendre que l’ancien chef du gouvernement avait été convié plusieurs fois à des cérémonies religieuses et qu’ils s’étaient rapprochés au fil du temps.
À sa sortie du QG du Central CID peu avant 17 h, soit après plus de deux heures d’interrogatoire, le pandit Sungkur s’est refusé à tout commentaire. « Mo pena nanye pou dir », a-t-il lancé avant de se diriger vers sa voiture en compagnie de son homme de loi. Pour l’heure, aucune confirmation n’est disponible sur le fait de savoir si le pandit Sungkur reviendra au Central CID dans les jours à venir pour la suite de l’enquête.