Contrairement aux autres facultés de l’UoM, il était convenu dans l’accord avec les HUG que celle de médecine se trouvera à proximité d’un hôpital public pour faciliter les sessions pratiques. Or, le ministère de l’Éducation tertiaire a identifié un ancien bâtiment de la DWC à Bel-Air pour accueillir l’institution. Idée que désapprouve le campus de Réduit. Cette situation a d’ailleurs récemment fait l’objet d’une réunion houleuse entre les deux parties.
Le personnel académique a aussi fait part de ses préoccupations quant aux infrastructures dont dispose l’ancien bâtiment de la DWC. « Ce sera un gros problème pour les étudiants qui ne voudront pas se déplacer si loin. Cette école doit impérativement se situer près d’un hôpital et nécessite plusieurs logistiques afin d’assurer la formation clinique », soutiennent des chargés de cours. Et d’ajouter : « L’UoM offre déjà des cours de médecine de trois ans. Ce ne sont pas de salles de classes dont nous avons besoin ! »
Le département de médecine de l’UoM trouve « inacceptable » la décision du ministère d’implanter l’école de médecine à Bel-Air sans l’avoir consulté. Il soutient que « cette école ne peut se situer aussi loin ». Des travaux, qui avaient déjà débuté dans l’ancien bâtiment de la DWC, ont été arrêtés suite à ce désaccord. Tant que les deux parties s’opposeront sur l’emplacement de l’école de médecine, le projet – qui accuse déjà une année de retard – ne pourra démarrer. Du côté de l’UoM, il est clair qu’il faudra trouver un endroit « plus approprié ».
C’est en juillet 2010 que les représentants des Hôpitaux Universitaires de Genève et de Bordeaux ont signé à Maurice l’accord concernant la création d’une école de médecine dans le pays. L’institution assurera une formation clinique complète avec le soutien des hôpitaux publics locaux.
La collaboration entre l’Université de Maurice (UoM) et les universités de Genève et de Bordeaux remonte à plusieurs années. Après leurs trois premières années d’études, les étudiants en médecine doivent actuellement se rendre à Bordeaux ou s’inscrire à l’une des universités sud-africaines pour terminer leurs études cliniques ; ce qui ne sera plus nécessaire avec la mise sur pied de l’école de médecine de l’UoM. Outre l’obtention de leur diplôme à Maurice, ils paieront moins de frais. Ceux formés auront aussi l’opportunité d’assurer des cours à leur tour et d’apporter leur soutien aux formateurs.
La première étape du projet aurait dû être enclenchée cette année. L’UoM bénéficiera du soutien des universités de Bordeaux et de Genève pour la première année de la formation clinique post-universitaire offerte à Maurice. Il est prévu que chaque année, une année supplémentaire sera ajoutée pour la pratique clinique. D’ici à quatre ans, le campus de Réduit devrait ainsi être en mesure d’offrir la formation en médecine complète à Maurice.