Après plusieurs heures de consultations hier après-midi, le board de la Tertiary Education Commission (TEC) a tranché au sujet du renouvellement du contrat du Dr Praveen Mohadeb. Les membres sont d’accord sur le fait que la structure de cette instance, qui date de 1990, devra être revue. En attendant que cela se fasse, le Dr Praveen Mohadeb est maintenu à la tête de la TEC.
« The Board has also decided that Dr Praveen Mohadeb be assigned the duties of Executive Director pending the completion of the review », indique un communiqué officiel émis par le board après la réunion d’hier. Au Mauricien ce matin, le Dr Mohadeb dit accueillir favorablement cette décision. « C’est positif de voir qu’il y aura une restructuration car la TEC doit faire face à plusieurs nouveaux défis », dit-il.
En attendant que le Board procède à l’exercice de restructuration qui vise à redéfinir le profil des employés et éventuellement crée de nouveaux postes, le Dr Mohadeb est donc maintenu comme directeur de la TEC. « The Board of the Tertiary Education Commission (TEC) met on the 25th October 2012 and agreed that the organisational structure of the Commission should be reviewed. Furthermore, as the contract of the present Executive Director will come to an end on the 4th November 2012, the Board has also decided that Dr Praveen Mohadeb be assigned the duties of Executive Director pending the completion of the review », indique le communiqué émis ce matin,
Au Mauricien, le Dr Mohadeb rappelle qu’il a lui-même proposé cet exercice de restructuration en 2006. « La TEC a évolué, passant d’une Funding agency à une Regulatory agency. La Commission est appelée à faire face à de nouveaux défis et nous ne pouvons plus continuer avec une structure qui date de 1990 », souligne-t-il. Faisant allusion à l’importance de la TEC dans la promotion de l’enseignement supérieur, le directeur se dit confiant que cet exercice de restructuration apportera un changement. Pour ce qui est de ses détracteurs, le Dr Mohadeb réitère que certaines personnes tentent de nuire à sa réputation. « Ce sont des allégations qui ne tiennent pas et je pense que les gens qui sont derrière tout cela le savent très bien ». Pour la première fois, le Dr Mohadeb s’exprime d’ailleurs sur les allégations formulées à son égard. « Dans l’affaire du collège Mauras, en 2004, j’avais été appelé à remplir le poste d’Officer in Charge en l’absence des directeurs et autres chefs de département. Le ministère avait à ce moment-là demandé à ce que la TEC gère un comité à Mauras. Je leur avais écrit pour leur faire part du fait que ma fille et mon neveu étaient étudiants à ce collège. Le DPP lui-même a trouvé qu’il n’y avait aucune raison de poursuivre cette affaire. Alors comment peut-on m’accuser d’une chose pour laquelle je n’ai pas été trouvé coupable ».