Le rapport du visiteur Dev Manraj sur l’Université de Maurice consacre une bonne partie à l’importance de promouvoir une plus grande transparence dans les activités et finances de l’institution. Il recommande ainsi à l’UoM de signer la Magna Charta Universitatum qui établit les principes et le rôle qu’une université est appelée à jouer. Des changements aux statuts de l’établissement ont d’ailleurs été apportés afin d’assurer une plus grande « openness and transparency and participative democracy ».
« The University governance structure and procedures should be geared towards making the institution more dynamic, proactive that would enable it to improve its ranking both at regional and international level and to become a major player in the higher education sector in the region », peut-on lire dans le rapport de Dev Manraj. Le visiteur indique ainsi l’importance de plus de transparence dans les affaires de l’institution afin d’assurer une meilleure gestion. Outre la décentralisation et la redéfinition de certains postes, un « certain manque » de transparence et l’« obstination de vouloir garder les affaires de l’UoM secrètes » ne sont pas vus d’un bon oeil sur le campus. Personnel et étudiants ont à maintes reprises dénoncé la façon de faire de l’institution dans des décisions prises sans consultation.
Les changements apportés au statut de l’UoM viennent ainsi rectifier ces lacunes. Ceux-ci prônent, entre autres, une ouverture par rapport
aux réunions du Council tenues confidentielles.
Le rapport Manraj recommande de plus l’adhérence à la Magna Charta Universitatum qui met l’accent sur l’obligation de rendre compte, la transparence et l’assurance de la qualité qui sont des conditions préalables à la reconnaissance de la liberté académique et de l’autonomie institutionnelle des universités.
Seul un tel contrat peut permettre à ces institutions de représenter un apport pour la société et, à travers le libre choix des meilleurs moyens de remplir leur mission, de jouer un rôle actif, à savoir ne pas se contenter de réagir aux changements, mais être l’un des acteurs qui prennent l’initiative d’engager et d’accompagner les évolutions souhaitables.
Pour ce qui est des finances, le document préconise la publication d’un Bi-Annual Research Output Audit Report afin de rendre plus transparentes les dépenses de l’institution. « This report, if implemented correctly within a reasonable time frame, will drastically improve the conditions of students and faculty, enhance the quality of education offered, establish a more responsible management, cope more easily with the fast paced technological evolution, produce more world class graduates, and ultimately position the University of Mauritius as an internationally recognized Institute of Higher Learning, Research and Development. The new structure has an internal holistic coherence which does not allow piecemeal implementation. »