Le Dr Nomvuyo N. Nokwe, haut commissaire sud-africain, a récemment participé à une session de travail avec le ministère de l’Éducation tertiaire sur les possibilités de collaboration et d’échange. Maurice sera ainsi associée au projet SKA Radio Telescope qui sera installé en Afrique du Sud. Un centre de recherche dédié au calcul haute performance pourrait également être mis sur pied avec le soutien du ministère des Sciences et Technologies et du Centre for High Performance Computing de ce pays.      
L’Afrique du Sud, avec huit pays africains comme partenaires, et l’Australie ont été choisis pour la construction du SKA Radio Telescope alors que le Karoo dans le Northern Cape en sera le site principal. Le coût de ce projet est d’environ 1,5 milliard d’euros.
Le SKA sera construit et financé par un consortium international, actuellement composé de seize pays. Les chefs d’États de l’Union africaine ont donné leur plein soutien à la candidature africaine. Le choix site qui accueillera le SKA a été arrêté la semaine dernière.
Une composante majeure du télescope SKA sera une vaste gamme d’environ 3 000 antennes, dont la moitié sera concentrée dans une région centrale de 5 km de diamètre, et le reste distribué à partir de 3 000 km de cette concentration centrale. L’Afrique du Sud est en partenariat avec la Namibie, le Botswana, le Ghana, le Kenya, Madagascar, Maurice, le Mozambique et la Zambie pour accueillir ces stations.
Le SKA sera l’une des plus grandes installations de recherche scientifique dans le monde et permettra de consolider l’Afrique australe comme une importante plaque tournante pour l’astronomie mondiale. Maurice, dit-on, est située à un emplacement géographique stratégique.
La rencontre du ministre de l’Éducation tertiaire avec le haut commissaire sud-africain avait aussi pour but de discuter d’autres domaines potentiels de coopération en science et technologie entre les deux pays. Une autre session de travail spéciale avec les principaux acteurs institutionnels sur les aspects techniques devrait avoir lieu prochainement.
Le fait que le SKA sera situé en Afrique permettra également aux scientifiques africains et de la diaspora de mener un travail de recherche et des publications dans des revues évaluées par les pairs au niveau international. Le projet devrait en outre attirer les meilleurs scientifiques de la région, créant ainsi un cadre dynamique de collaboration pour la recherche et le développement.
D’autres domaines potentiels de collaboration entre Maurice et l’Afrique du Sud ont été identifiés, en matière de technologie d’antenne, de transfert de technologie et d’échange d’expertise en termes de ressources humaines notamment. La création d’un Centre for High Performance Computing à Maurice avec l’aide du ministère des Sciences et Technologies et du Centre for High Performance Computing d’Afrique du Sud a été évoquée. Le centre permettrait le développement des ressources humaines, des capacités et la formation. Un centre des sciences de base pour les études spatiales pourrait aussi être lancé avec la collaboration de l’Afrique du Sud.
Par ailleurs, la création d’une School of Diabetes entre l’UNISA et l’Université de Pretoria et le Mauritius Research Council et d’autres institutions de recherches sud-africaines a été évoquée.