L’Overseas Education Centre (OVEC) a organisé samedi son pre-departure gathering regroupant tous les étudiants qui quitteront dans quelques semaines le pays pour l’outremer, et principalement ceux qui ont obtenu des bourses. Cette rencontre qui est devenue un rendez-vous annuel a surtout pour but de récompenser les lauréats et permettre à tous ces jeunes de se côtoyer avant leur départ. Lors de la cérémonie de samedi, en présence des parents, ces jeunes ont eu droit à plusieurs cadeaux. Pour eux, c’est une joie d’avoir eu une bourse alors que même avec de très bons résultats, ils n’avaient pas eu de bourses d’État.
Chaque année, l’OVEC organise une rencontre quelques semaines avant le départ de ses étudiants afin de récompenser les lauréats et en même temps donner l’occasion à tout le monde de se rencontrer et de parler aux anciens étudiants pour les derniers conseils. Ainsi, samedi dans les locaux de l’OVEC à Moka, parents et étudiants ont eu droit à une belle cérémonie lors de laquelle les boursiers ont reçu des cadeaux des directeurs de l’OVEC, le Dr Dorish Chitson et Franky Chitson. Parmi les centaines de jeunes qui s’envoleront bientôt pour diverses destinations, quarante ont obtenu des bourses. Certains ont réussi à décrocher une 100 % scholarship alors que d’autres verront leurs études financées à 25 % ou 50 % dépendant de l’institution où ils ont été admis. À noter qu’une quarantaine de jeunes ont déjà quitté le pays pour l’Australie début juillet car leurs cours commencent ce mois-ci. Le fait d’avoir autant de bourses pour ces jeunes a été rendu possible grâce à la négociation et l’intervention de l’OVEC auprès des universités qu’il représente. « Nous croyons fermement que ceux qui sont brillants doivent avoir l’opportunité de continuer. C’est notre devoir de veiller à ce qu’ils ne soient pas laissés pour compte s’ils n’ont pas réussi à obtenir une bourse d’État », souligne Dorish Chitson. Ces jeunes se disent soulagés d’avoir réussi à décrocher une bourse car même avec de très bons résultats, disent-ils, les études à l’étranger ne sont accessibles à tout le monde.