Le contrat du Professeur Anand Kumar Bakhshi, directeur de la Tertiary Education Commission (TEC), a été renouvelé sur une base mensuelle. C’est ce qu’a décidé le conseil d’administration de la TEC réunie mercredi dernier. Dans les milieux officiels, on explique que cette décision d’octroyer un contrat court s’inscrit dans la perspective d’une profonde remise en ordre du secteur agité de l’enseignement supérieur par le prochain gouvernement.
Ce n’est que depuis une année que le Pr Anand Kumar Bakhshi a été recruté comme Executive Director de la TEC après un exercice de sélection et un appel de candidatures international. Or, le ressortissant indien sélectionné n’a enregistré que des couacs depuis son installation à la tête de l’organisme régulateur du secteur de l’enseignement supérieur.
Cela a commencé avec des informations publiées par la presse indienne indiquant qu’il avait évité un comité disciplinaire pour des infractions alléguées, alors qu’il était on leave de l’Université de Delhi et qu’il agissait comme vice-chancelier de l’Uttar Pradesh Rajarshi Tandon Open University d’Allahabad.
Un responsable de la Society for Values and Ethics avait même exprimé, noir sur blanc, son étonnement que “Mauritius has appointed such a tainted person on this prestigious position.” Les autorités, déconfites, avaient tenté de minimiser cette affaire et de ne pas y donner de suite.
Mais ce n’était pas fini pour le directeur de la TEC qui a toutefois essayé de faire bonne figure lors du passage d’officiels de la Grande Péninsule à Maurice, notamment ceux de la University Grants Commission (UGC), sans vraiment réussir. L’UGC décide de l’accréditation des antennes extérieures des universités indiennes et a toujours refusé de reconnaître des organismes comme le Eastern Institute for Integrated Learning in Management avec pour résultat que ce dernier a été – avec d’autres établissements du même genre – interdit d’enregistrer de nouveaux étudiants par la TEC.
Week-End a aussi indiqué, dans son édition du 30 juin dernier, que le Pr Donald Ah Chuen avait, dans une lettre adressée à son directeur, refusé de donner son aval à un déplacement à Rodrigues dans le cadre d’une activité de Career Guidance.
Plus récemment, Jack Bizlall s’est emparé d’un dossier de harcèlement allégué auprès d’une employée qui aurait été renvoyée en conséquence de ses dénonciations et avait même organisé une manifestation le 26 août pour réclamer la suspension immédiate du directeur et le remplacement du chairman Éric Ng Ping Cheun.
Tout cela fait que son contrat a été renouvelé sur une base mensuelle, le temps qu’il expédie les affaires courantes, les élections étant derrière la porte avec, à l’agenda, un assainissement programmé de l’enseignement supérieur.