En entendant son nom, impossible de ne pas faire le lien avec le père. Elle, c’est la fille de Linley Prosper, un des pionniers du tatouage à Maurice. Scope s’est rendu dans le studio Blue Dolphin Tattoo à Ste-Croix pour découvrir la beauté des tatouages au féminin. Machine vibrante en main, Tessa Prosper, 20 ans, nous dessine sa carrière. Piquante à souhait…
Les femmes, dit-on, piquent des crises; Tessa a décidé de piquer des tatouages. Lorsque nous la rencontrons dans le studio Blue Dolphin Tattoo, nous découvrons une jeune femme sans tatouage. “Je porte bien sûr des tatouages, mais ils sont discrets. Des tatouages de filles, quoi !”, lance-t-elle, le sourire aux lèvres.
Elle nous dirige vers une salle où un homme est assis, attendant que Tessa le délivre du calvaire des aiguilles. Même si elle a besoin de concentration pour faire le contour de ce tatouage, elle nous signale que l’entretien peut commencer. Mais avec le bruit émis par la machine vibrante, il est parfois difficile de s’entendre.